Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'auteur

 

Christophe Desportes-Guilloux (CDG)

43 ans
Orléanais d'adoption et militant socialiste

M'écrire

Il y a    personne(s) sur monorleans.com

Recherche

Mes videos

Archives

Orléansphère

13 août 2007 1 13 /08 /août /2007 14:46

C'est une sensation curieuse que ressent le touriste qui se promène de ville en village cornouaillais s'il jette un oeil distrait sur le monument aux morts que chacune de nos communes s'honore de fleurir quatre ou cinq fois par an. En effet, il ne peut s'arrêter à cet oeil distrait. Ces monuments choquent. Ils choquent l'oeil orléanais, beauceron ou solognot, habitué à voir sur nos monuments un hymne à la beauté du combat, à la force de la cause juste, au salut presque divin qu'offre la victoire si méritée.

loctudy-monument.jpg
à Loctudy

plouhinec.jpg
à Plouhinec

pont-labbe-monument.jpg
à Pont-L'Abbé

plozevet.jpg
à Plozévet



A Pont-l'Abbé, à Plouhinec, à Loctudy, à Plozevet, pas d'arme, pas de soldat mort ou de République victorieuse.
Ici, une femme pleure.
Ici, un homme pleure.
Ici des parents prient et pleurent.
Là, des femmes pleurent.

Sensation bizarre dans cette terre qui a donné, et qui continue de donner tant de militaires mais où ceux qui ont vécu entre les deux guerres et qui ont fait ces monuments n'avaient pas oublié qu'avant la gloire des uns, il y avait eu la mort des autres.

Partager cet article
Repost0
13 août 2007 1 13 /08 /août /2007 13:46

prison-espoir.jpgJe vous parlais, il y a quelques jours, de cette jeune femme qui vient visiter son mari en prison.

Comme beaucoup de femmes, de mères, de familles, qui viennent de loin pour visiter un prisonnier, elle passe dans les locaux de l'association "L'espoir", situés au pied de la prison, à côté de l'emplacement du marché.

Cette association, financée par l'administration pénitentiaire, des municipalités de l'agglomération, et ponctuellement par le conseil général, n'est gérée que par des bénévoles. Elle fait partie de la Fédération des Associations Réflexion Action Prison et Justice (FARAPEJ).

Ces bénévoles sont là pour que les heures qui séparent les familles du moment du parloir soient les plus agréables possibles. Les enfants peuvent jouer, les familles peuvent discuter, réchauffer un repas. La jeune femme que j'ai vue il y a deux semaines, à profiter de l'endroit pour se changer pour "se faire belle" pour "son homme".

Et lorsqu'un parloir s'est mal passé, elles peuvent revenir, pour parler, autour d'un café.
Personne ne leur demande qui elles viennent voir, ni la raison de l'emprisonnement. C'est un  "sas" accueillant, avant ou après la prison.

C'est cette même association qui organise une émission de radio "Le téléphone du dimanche", tous les dimanches à 11h30, sur RCF-St Aignan (91.2 Mhz). Pendant une heure et demie, les familles peuvent appeler pour laisser un message à un détenu.
 
Prenez le temps, un dimanche, d'écouter cette émission. Vous comprendrez mieux ce que vivent ces familles "détenues" de l'autre côté des grilles.

photo CDG

Partager cet article
Repost0
12 août 2007 7 12 /08 /août /2007 08:58
sarkozy-20tete-20de-20singe.gifOn est dimanche, il fait gris, et j'ai terminé mon stock de crêpes; alors on a le droit de sourire un peu. Voici une nouvelle utilisation de la célébrissime photo (auteur JP !), publiée ici au début de l'année.

Surtout, profitez en pour lire l'article qui l'accompagne sur Sarkostique : "Nicolas Sarkozy, un modèle d'inculture" ou Sarkomique 1er confond le Rwanda et le Gabon,  les chimpanzés et les gorilles, Jane Goodall (bien vivante) et Dian Fossey, assassinée il y a plus de 20 ans !
Partager cet article
Repost0
11 août 2007 6 11 /08 /août /2007 17:29

panneau-zone-bleue.jpgIl n'est pas courant que la signalisation routière évolue... et pourtant, vous n'aviez sans doute jamais vu ce panneau.

Il vient d'être installé à l'entrée de la zone bleue que constitue le parking autour du marché "Munster", près de la prison.

Mais j'avoue que ce panneau me laisse perplexe... je n'ai trouvé aucune trace de ce panneau dans les documents officiels : le logo représentant le "disque de stationnement" n'est pas au type utilisé en France.

Pire, il correspond à un type de disque de stationnement "européen", interdit en France, d'après ce site !
 
En tout cas, le site officiel n'indique qu'un seul pannonceau et ça n'est pas celui utilisé à Orléans !

photo CDG

Partager cet article
Repost0
11 août 2007 6 11 /08 /août /2007 12:44

biscuiterie.jpgLa Bretagne est le pays des gâteaux en tous genres : galettes ou palets au beurre, kouign-aman, far, sans compter les crèpes et les galettes. Chaque ville, chaque village y va de sa spécialité, de sa recette particulière, et les biscuiteries fleurissent, de la plus artisanale, à la plus industrielle.

La petite ville proche de mon lieu de villégiature ne coupe pas à la tradition. Une biscuiterie y a été créée, cultivant à la fois la tradition et un sens certain du marketing.
La boutique de cette biscuiterie, en plein centre ville, est aussi grande qu'un supermarché, et si on prépare devant vous le kouign-aman, vous avez quand même intérêt à regarder les étiquettes de ce que vous achetez.

Je ne parle pas des souvenirs de toutes sortes : cela fait belle lurette que tous les objets pour touristes sont fabriqués en Chine ou en Inde; on le sait, mais on achète quand même un ou deux attrape-nigaud, histoire de faire marcher le commerce international.

Les étiquettes que je vous encourage à regarder sont celles des boites de gâteaux. De jolies boites jaunes bien étiquetées du nom de la biscuiterie et donc de la ville dans laquelle vous êtes. Avec un joli décor breton, tout cela sent bon la tradition bretonne.
Mais si vous retournez la boite, vous constatez, simplement par la mention "EMB 41xxx" que ces gâteaux sont fabriqués dans le Loir et Cher, dans une célèbre biscuiterie industrielle connue à Orléans pour ses gâteaux "de Chambord" !

Je ne mets pas en cause la qualité de ces gâteaux : ils sont aussi bons à Orléans qu'en Bretagne, d'ailleurs ce sont exactement les mêmes. Mais je mets en cause l'honnêteté de cette biscuiterie qui fait passer pour de la production locale ce qui est fait à 500km.

Les champions de la liberté du commerce feraient bien de ne pas sombrer dans la liberté de couillonner le touriste : le respect existe, et les citoyens-touristes y ont droit, eux aussi !

photo CDG
Partager cet article
Repost0
11 août 2007 6 11 /08 /août /2007 12:26

Cela fait 6 ans que la mairie, l'agglo, et les autres nous baladent pour ne pas construire de prison. Il faut une nouvelle prison, plus grande, plus moderne, plus accueillante pour les familles, mais aussi accessible par les transports en commun. C'est une question de dignité pour notre ville.

On nous aura tout fait, même le coup du tuyau de gaz qui passe à 3 mètres du terrain prévu à Ingré, et qu'on n'a pas été capable de déplacer depuis 6 ans !

Il faudra aussi du personnel pour cette prison : il est inadmissible que le personnel pénitentiaire travaille dans les conditions actuelles qui l'amènent à passer 4 week-ends sur 5 à la maison d'arrêt.

Il faudra de vrais moyens pour la médecine en prison, et en particulier, sortir de prison ceux qui relèvent de l'hospitalisation psychiatrique : les 6 vacations de psychiatrie par semaine à la maison d'arrêt d'Orléans sont nettement insuffisantes pour les prendre en charge.

Il faudra aussi donner aux détenus qui le souhaitent la possibilité de travailler. En prison, tout s'achète, contrairement aux rumeurs alimentées par les réactionnaires qui veulent que ce soit des hôtels "tous services compris y compris la télé". En prison, il faut "cantiner", c'est à dire acheter le minimum nécessaire à l'hygiène, y compris le papier toilette. Or, beaucoup de détenus n'ont pas de famille présente pour leur donner le minimum. A Orléans, ils sont 69 à vouloir travailler, et seuls 9 ont du travail.

prison-jps.jpgEt tout cela, on le sait.
On le sait, non pas parce qu'un futur contrôleur général des prisons, sans réels moyens, sera bientot désigné. Mais parce qu'un parlementaire visite la maison d'arrêt d'Orléans, chaque année, comme la Loi le lui permet. Jean-Pierre Sueur le fait depuis qu'il est sénateur. Mais que font les 7 autres parlementaires, tous de l'UMP ?

photo CDG

Partager cet article
Repost0
10 août 2007 5 10 /08 /août /2007 14:50

Elle a sans doute une petite trentaine d'années.
Elle habite dans un autre département de la région, mais vient plusieurs fois par semaine à Orléans, par le train.
Elle vient voir "son homme", le père de ses enfants. Elle a rendez-vous avec lui toujours à la même heure, pour 2 ou 3 dizaines de minutes. Parfois, elle amène leurs enfants.
Le petit garçon ne peut pas apporter la petite voiture avec laquelle il aime jouer. Et pour la petite, impossible de venir avec une couche de rechange.
Rien, il ne faut rien.

Alors on se débrouille. On cache. Des bonbons dans les plis d'une robe un peu large. Et pour améliorer l'ordinaire, elle apporte parfois un kebab ou un pâté à la viande. Tout petit, planqué. Si les surveillants le trouvent, son homme et elle seront bons pour un mois de parloir "hygiaphone".

prison-orleans.jpg

Son homme est là depuis plus de 6 mois, et il ne sait pas encore quand il sera jugé.
Même si elle sait qu'il sera sans doute condamné, il sortira de la prison d'Orléans peu de temps après son jugement, car il aura déjà purgé sa peine, "en préventive". Mais pendant des mois, son petit garçon, sa petite fille, et sa jeune femme auront, eux aussi été condamnés à vivre les "dommages collatéraux" de cette privation de liberté.

Par sa faute à lui, évidemment.
Par sa faute à lui, sa femme aura pris des risques, commis des petits délits.
Mais aussi par la faute d'un système judiciaire et pénitentiaire qui ne sait pas condamner les coupables sans condamner aussi leur entourage.
Et qui, pire encore, condamne l'entourage, avant même que les juges ne se soient prononcés.

A Orléans, début août, ils étaient 77 à attendre leur jugement derrière les murs hideux de la maison d'arrêt. 77 prévenus, et 134 détenus condamnés, pour 105 places.

photo CDG

Partager cet article
Repost0
10 août 2007 5 10 /08 /août /2007 12:23

loctudy-mer.jpgMerci à ceux des commentateurs qui approuvent les vacances de Cynique 1er, invité par de richissimes amis, évidemment sans aucune contrepartie; cela m'a donné l'idée de leur raconter comment je finance mes vacances.

Tout d'abord, j'ai des congés payés... Et les congés sont évidemment financés par la collectivité, au même titre que les autres avantages sociaux, même si les chefs d'entreprise ont l'impression d'être les seuls à les financer. Les congés ont un coût pour les entreprises, c'est évident, et en bons gestionnaires, les patrons répercutent ce coût sur les prix de leurs produits. C'est donc bien l'ensemble de la collectivité qui participe au paiement des congés payés. Et sans vouloir faire un cours d'histoire, on se souvient que c'est le Front populaire qui institua les 2 premières semaines en 1936, le gouvernement Guy Mollet après guerre qui ajouta la 3ème semaine, les manifestations de 1968 et la force de la CGT de Renault qui permit d'avoir la 4ème semaine, et Mitterrand et Mauroy qui créèrent la 5ème semaine. Mais en 20 ans de travail salarié, je n'ai jamais vu aucun de mes collègues refuser ses congés au prétexte qu'ils étaient une mauvaise idée de la gauche.

Pour ce qui est du transport, je suis allé jusqu'à Quimper en train, en profitant d'un billet "Congé payé", ce qui m'a permis de ne payer que 75% du prix normal.
Merci à tous les contribuables de s'être cotisés pour payer la différence, soit 40 euros. Et merci encore au gouvernement du front populaire d'y avoir pensé, en même temps qu'aux congés payés !

A côté de Quimper, j'ai été hébergé par des amis (moi aussi, j'en ai !) l'hébergement ne m'aura donc rien coûté, ni à moi, ni à vous, chers contribuables.
Et ces amis ont eu la gentillesse de venir me chercher à la gare de Quimper : j'aurai pu bénéficier du trajet à 2 euros, qui existe dans le Finistère comme dans le Loiret, pour aller jusqu'à Loctudy où se trouvait "ma" maison de vacances. Et si j'avais utilisé ces trajets à 2 euros, j'aurais dû remercier les contribuables finistériens.

Sur place, j'ai eu la chance d'être dans une commune très agréable : plage nettoyée tous les jours, rues balayées fréquemment, bureau de poste ayant résisté à la suppression des services publics. Et tout cela grâce aux impôts des gens du coin, dont j'ai affreusement profités.

Même les installations portuaires, en cours de rénovation, ont été payées par vos impots, et même par ceux des européens !

Lors de la balade à la pointe du Raz, il a fallu payer le parking : 6 euros pour la journée. C'est officiellement pour permettre l'entretien du site, mais on sait bien qu'il a fallu plus de 20 ans d'investissements aux collectivités locales pour remettre en état un site dont la végétation avait disparu, et qui avait été trop bétonné. Et ces investissements sont sans commune mesure avec les 6 euros payés par chaque voiture. Merci donc aux finances publiques, locales et nationales, d'avoir permis de faire revivre ce site.

A l'heure où j'écris ces lignes, je suis dans le train du retour, une rame du TER "Bretagne", plus confortable qu'un TGV, mais, il est vrai, plus lent. J'ai même une prise de courant pour brancher mon ordinateur !
Les régions que je traverse, la Bretagne, les Pays de la Loire, le Centre, ont tous fait des efforts à la fois pour la qualité de leurs trains, et la rénovation des gares, et prélever des impôts pour cela. Il serait bon que les autres intervenants (SNCF et RFF) en fassent autant : pour rendre les quais de la future gare d'Orléans accessibles aux personnes handicapées, par exemple.

En fait, je n'ai aucune idée de ce que les contribuables auront payé pour mes vacances, mais assurément, la collectivité a participé à mes vacances, comme aux votres si vous avez pu en prendre.

D'ailleurs j''aime assez l'idée de ce pays, où l'action publique existe encore, où les solidarités existent encore, grâce à l'investissement public, à la redistribution, et donc grâce à l'impôt.

Et je ne me vanterai pas, moi, que mes vacances n'aient rien coûté aux contribuables.

Car tout coûte toujours quelque chose : la France paiera cher aux richissimes amis de Cynique 1er ses couteuses vacances.

photos CDG
Partager cet article
Repost0
10 août 2007 5 10 /08 /août /2007 12:15
Je suis de retour, et j'ai pensé à ceux qui sont restés ici :


Merci à Gertrude et à toutes ses copines de Loctudy !
Partager cet article
Repost0
1 août 2007 3 01 /08 /août /2007 15:07
pieds-dans-leau.jpgIl ne faut pas toujours croire les journaux... même si c'est Libération.

Le site Libé.fr annonce que CDG est "en cale sèche" et va "rester immobile pendant 18 mois pour un grand entretien, le premier depuis sa mise en service voila six ans".

Je démens tout cela avec la plus grande énergie : s'il est vrai que je pars demain matin en vacances, c'est seulement pour 8 jours, et j'ai bien l'intention de me mettre un peu les pieds dans l'eau.

En outre, comme les observateurs l'auront remarqué (en haut à droite de l'écran) cela fait un peu plus de 6 ans que j'ai été mis en service...

A ceux qui espèrent que j'arrêterai d'écrire pendant la semaine qui vient, je ne garantis rien... il y a peut-être le wifi en Bretagne !

photo CDG
Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Outils externes

 

Référencé par Blogtrafic

 

Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet weblogUpdates.ping www.monorleans.com http://www.monorleans.com/

 

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs