Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'auteur

 

Christophe Desportes-Guilloux (CDG)

43 ans
Orléanais d'adoption et militant socialiste

M'écrire

Il y a    personne(s) sur monorleans.com

Recherche

Mes videos

Archives

Orléansphère

29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 06:55

C'est l'été que je bouquine le plus. C'est le moment idéal pour faire baisser la pile des livres qui s'élève dangereusement près de mon lit, et qui menace, vers juin, de s'écrouler sur ma tête !

Premier de cette liste, je viens de finir "20 bonnes raisons et 1 stratégie, pour en finir avec Sarkozy" de Pierre Larrouturou.

Autant le dire tout de suite, Larrouturou est énervant.

Il fait souvent figure d'homme seul qui prêche dans le désert. Pourtant, depuis que je l'ai lu pour la 1ère fois à la fin du siècle dernier, je dois constater que ses analyses se sont révélées juste. A la fois ses analyses mais aussi les conséquences annoncées.

Son cheval de bataille : la semaine de 4 jours; mais aussi le traité social européen - il est secrétaire national du PS chargé de l'Europe. Et son argumentation séduit toujours ses lecteurs... même ses pires adversaires. C'est cela aussi qui est énervant.

Là, c'est à une description de la France sous Sarko qu'il se livre, et autant dire que son esprit de synthèse fait mouche : il n'oublie rien, il explique très précisément, il illustre de très nombreux exemples, et il a une capacité à relier l'ensemble des mesures prises pour donner vraiment au lecteur 20 raisons pour en finir avec Sarkozy. Pour la stratégie, je vous laisse lire... pour  agir à la rentrée !

Editions du Rocher - 14,90€

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 08:03

Partager cet article

Repost0
27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 18:33

Si, si, c'est possible : je vous offre tous les moyens pour un séjour gratuit, à l'autre bout du monde, dans le pays de votre choix !

Et d'ailleurs plusieurs milliers de personnes profiteront, cet été, de séjours gratuits, dans un ou plusieurs pays, au gré de leurs voyages.

Ainsi, Andras qui m'a envoyé le courriel suivant :

Kara S-ro Desportes-Guilloux,
 
Komence de Augusto, ni (mia edzino kaj mi mem) iros al CANTAL, kie nin atendas amikoj. Venante de Belgio, ni serchis kie halti duonvoje... kaj ni vidis la urbon ORLEANS.
Por ni, Orléans signifas La LOIRE (mi ne scias chu estas kastelo en tiu urbo) kaj epokon kiam la reghlando de Francujo limighis je Orléans kaj malgranda regiono chircau Orléans (estas la epoko de Jeanne d'Arc) : chu ni pravas ?
Do kiam mi legis, ke vi kapablas prezenti al ni la historion de Francujo en tiu epoko (kaj aliaj epokoj), ni elektis Orléans kiel haltejon.
 
Chu vi povus gastigi nin la nokton de lundo la 4a de Augusto ?
 
Amike

Andras et son épouse veulent découvrir l'Europe, et après la Belgique, ils iront dans le Cantal... en passant par Orléans.

A chaque étape, ils seront hébergés gratuitement par des habitants du coin, habitants qui se sont inscrits dans le "Pasporta Servo", un petit annuaire contenant des centaines d'adresses d'hôtes, partout dans le monde.

Une condition seulement, pour profiter de cet hébergement gratuit : parler, ou commencer de parler l'espéranto, la langue internationale.

Ainsi, leur voyage ne coutera que le coût des trajets, et rien pour l'hébergement. En prime, ils rencontreront à chaque fois des "gens du coin" en mesure de leur faire découvrir leur ville ou leur village, son histoire ou ses spécialités.

Alors, si vous aussi ça vous dit, il suffit de suivre le cours qui se trouve ici et en une quinzaine d'heures (oui oui, une quinzaine d'heures !), vous parlerez suffisamment l'espéranto pour partir en voyage !

Partager cet article

Repost0
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 13:02

La fête de l'Europe qui s'est déroulée ce week-end a été, pour les blogueurs politiques, de droite, du centre, et de gauche, l'occasion de se retrouver autour d'un verre. Le prétexte était un débat sur l'Europe.

Je suis arrivé en retard, mais j'ai mis sur le tapis "la" question qui me turlupine quand on parle d'échange inter-culturel en Europe : comment fait-on pratiquement pour parler entre européens ?

Car les chiffres sont là : d'après une enquête de la BBC, 6% des français comprennent correctement l'anglais, et ce malgré les 700 heures de cours supportés par beaucoup de la 6ème à la terminale.

Le résultat en est, pour beaucoup d'entre nous, une excellente capacité à comprendre à quelle porte se rendre quand on est dans un aéroport... et encore, cela ne sert que si on prend l'avion.

Et, contrairement à une idée répandue, le résultat n'est pas vraiment meilleur dans le reste de l'Europe, à l'exception notable des pays nordiques.

J'ai profité de ces journées de l'Europe, place du Martroi, pour demander en quelle langue les français discutaient avec les tchèques, les allemands et les polonais qui étaient présents.

Côté tchèque, les invités ne parlant que le tchèque et un peu l'allemand, la communication se déroulait principalement par gestes.

Côté allemand et côté polonais, heureusement que les échanges se faisaient au travers de jumelages anciens : quelques personnes étaient en capacité de jouer les interprètes.

Il n'empêche que les échanges ont été extrêmement limités : tout juste a-t-on appris, comme le raconte la Rep à dire "saucisson" en polonais, et "bonjour" en tchèque.

L'exemple, caricatural à l'extrême, de non-compréhension interculturelle nous a été donné par le groupe de musiciens hongrois.

La Rep, toujours dans son édition d'aujourd'hui, nous explique que le nom du groupe signifie "qui suit son chemin". Joli nom pour un groupe de musique métissée.

Ce nom, personne ne semble l'avoir remarqué, est "Besh-o-drom", ce qui, s'il est hongrois n'en a pas moins une consonnance amusante en français.

Traduction approximative de "fuckpad", baisodrome est le mot contemporain pour qualifier ce qu'on appelait, il y a quelques décennies, une garçonnière...

Ce groupe hongrois, a, d'après la Rep "hypnotisé les spectateurs". Il n'y a pas qu'eux !

Les journalistes aussi semblent avoir été hypnotisés car aucun n'est allé vérifier la traduction de "Besh o drom". C'eut été en vain car "Besh o Drom" n'a pas de sens en hongrois !

Il semble donc que ce groupe, dont je me demande même s'il est vraiment hongrois, a utilisé un nom "rigolo" en français, qui n'a aucun sens en hongrois. Il faut préciser que sa revue de presse signale surtout des concerts au Québec, et à Reims, où leur nom doit susciter les mêmes sourires qu'ici ! Sont-ils donc, malgré leur coordonnées hongroises, vraiment hongrois. A vrai dire, on s'en moque !

Mais leur nom rigolo est une amusante démonstration sur l'incapacité que nous avons à nous comprendre, et même à nous intéresser à la langue des autres.

La langue parlée en Hongrie a une particularité : elle n'est la soeur ou la cousine d'aucune autre langue voisine. Ni germanique, ni slave, ni latine, ni grecque ! Juste une parenté historique avec le finnois, parlé à des milliers de km de là, et qui ne permet même pas l'intercompréhension entre les finlandais et les hongrois.

C'est peut-être pour cela que les hongrois sont le premier pays en Europe pour l'apprentissage de l'espéranto.

Cette "utopie" qui fonctionne - tant bien que mal ! - depuis plus d'un siècle permet à quelques millions de personnes dans le monde de se comprendre, après un apprentissage extrêmement rapide : il faut, pour un français, une quinzaine d'heures pour apprendre l'espéranto courant et pouvoir échanger avec d'autres espérantophones beaucoup mieux que nous ne le faisons avec notre anglais d'aéroport.

Une démo ? Quand vous voulez !

Un site pour en savoir un peu plus : http://fr.lernu.net/

Partager cet article

Repost0
8 mai 2008 4 08 /05 /mai /2008 18:42

Il semble que la ville n'a plus envie d'inviter nos villes jumelles aux fêtes johanniques. C'était une tradition.

Certes, les traditions sont faites pour être changées, mais ce changement-là n'a jamais été expliqué.

Petit à petit, d'ailleurs, nos relations avec nos villes jumelles se distendent : les fêtes johanniques étaient, pour certaines, le seul moment où nous les rencontrions.

Elles défilaient dans le cortège commémoratif. Elles ne sont plus là.

Vous pouvez par contre vous souvenir d'elles, en descendant du tramway à la station Coligny. A condition de vous approcher un peu de la fontaine-cascade qui vient d'être installée.



Les murs de cette fontaine-cascade ont été décorés par des sortes de bas-relief, sans doute en cuivre, portant chacun une évocation d'une de nos villes jumelles ou amies. Et ces évocations sont plutôt jolies. Dommage, d'ailleurs, qu'elles ne soient pas plus mises en valeur. Beaucoup de passants ne les remarqueront sans doute jamais !

Alors, pour vous, la galerie des hommages aux villes jumelles !

 
 
 
 
 
 
 
 
 

photos CDG

Partager cet article

Repost0
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 13:46
Voici la solution au splendide jeu-concours de www.monorleans.com !

J'ai été convoqué par un courrier du 10 avril 2008, à me rendre au commissariat le 22 avril 2008 :

pour apprendre que la Procureure de la République avait ordonné celà le 18 septembre 2007 :


Il aura donc fallu 7 mois pour que l'instruction soit executée...

Passons, c'est agaçant...

Il n'y a donc pas de gagnant ! Puisque c'est Gilles qui a donné la date la plus proche (13 octobre) mais sans respecter - de très loin ! - le délai de 7 jours que j'avais indiqué !

Tant pis ! Je conserve mon voyage à St Florent, et c'est moi qui profiterait du café offert par Margote !

Partager cet article

Repost0
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 11:16

C'est un honorable lecteur qui vient de m'en donner l'idée : voic le premier jeu-concours de www.monorleans.com.

Le principe est simple : une question, 24h pour y répondre, et un superbe cadeau !

Voici la question : 

A quelle date la procureure de la République a-t'elle demandé à la police de me notifier le classement sans suite de ma plainte ?

Deux indices : ma plainte date de mai 2008 2007, et la convocation de la police date du 10 avril 2008.

Le cadeau : un voyage à St Florent ! (le prix vous sera versé en espèces, et ne couvre que le prix du voyage en car départemental, aller et retour). Il sera attribué à celui ou celle qui donnera la date la plus proche, avec moins de 7 jours d'écart avec la date réelle.



Prêt ? Vous avez jusqu'au 24 avril 2008 à midi pour répondre en déposant un commentaire sous ce billet.

Partager cet article

Repost0
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 13:38
Ils sont orléanais, et ils ont décidé d'un hommage à SG.

"Initial SG" est un album en hommage à Serge Gainsbourg, réalisé et produit pas Lila Tamazit et Vincent Viala.

Pour en savoir plus, et écouter quelques titres, c'est ici qu'il faut cliquer.

Pour acheter l'album - autoproduit - il faut envoyer un chèque de 15 euros à l'ordre de l'association Baroque Production, 108 rue de Bourgogne 45000 Orléans

Info+ : Depuis la publication de ce papier, Vincent (à droite sur la photo !) m'a contacté et demandé d'ajouter quelques précisions, ce que je fais avec plaisir :

En plus de l'achat par correspondance, celui-ci peut se faire à Orléans dans les endroits suivants : Fnac, L'atelier, le 224, La boite à livre, Privat-Loddé, Atelier de lutherie Bruno Dreux.

Et il y a "un myspace" :
http://www.myspace.com/initialsg

Partager cet article

Repost0
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 09:54
Achalandé, ée adj. Qui a une nombreuse clientèle. L'UMP est un parti bien achalandé.

Bourgeois, oise n. et adj. Personne de la classe moyenne. Il faut distinguer le petit-bourgeois du grand bourgeois qui appartient à la classe supérieure. Le petit-bourgeois souffre d'un trouble de la personnalité : il défend les idées et les intérêts de la grande bourgeoisie à laquelle il n'appartiendra jamais. Le grand bourgeois récompense généralement le petit-bourgeois d'un sucre ou deux. Quand un grand bourgeois caresse un petit-bourgeois (très rare), ce dernier remue la queue.

Charité n.f. Programme social d'un gouvernement. Charité bien ordonnée commence par soi-même : cela veut dire qu'avant de distribuer des logements sociaux aux nécessiteux, les ministres ont soin de se loger confortablement eux-mêmes dans des appartements de fonction.

Déontologie n.f. Morale professionnelle des journalistes qui leur interdit de répondre favorablement deux jours de suite à une invitation à déjeuner émise par l'Elysée.

Egalité n.f. Mythe auquel ont longtemps cru les Français et qui les a empêchés de se développer économiquement à la hauteur de leurs talents. Le mot constituait une partie de l'ancienne devise du pays liberté, égalité, fraternité aujourd'hui remplacée par flexibilité, rentabilité, sinon t'es viré.

Partager cet article

Repost0
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 07:24
C'est Charb qui l'a écrit. Charb n'aime pas les gens, et n'aime surtout pas Sarko.

Il écrit (et dessine surtout !) dans CharlieHebdo.

Et il publie aujourd'hui son Dico Sarko "L'indispensable manuel de survie en Sarkozie".


Alors pendant quelques jours, vous aurez droit à une définition tirée du DicoSarko.

Aujourd'hui :

ABSTENIR (S') v. pron. Voter Sarkozy tout en restant devant la télé. Ne se dit pas de l'ex-femme du Président. On dira plus prudemment: au deuxième tour de la présidentielle, Cécilia est restée devant la télé.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Outils externes

 

Référencé par Blogtrafic

 

Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet weblogUpdates.ping www.monorleans.com http://www.monorleans.com/

 

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs