Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'auteur

 

Christophe Desportes-Guilloux (CDG)

43 ans
Orléanais d'adoption et militant socialiste

M'écrire

Il y a    personne(s) sur monorleans.com

Recherche

Mes videos

Archives

Orléansphère

11 août 2007 6 11 /08 /août /2007 12:26

Cela fait 6 ans que la mairie, l'agglo, et les autres nous baladent pour ne pas construire de prison. Il faut une nouvelle prison, plus grande, plus moderne, plus accueillante pour les familles, mais aussi accessible par les transports en commun. C'est une question de dignité pour notre ville.

On nous aura tout fait, même le coup du tuyau de gaz qui passe à 3 mètres du terrain prévu à Ingré, et qu'on n'a pas été capable de déplacer depuis 6 ans !

Il faudra aussi du personnel pour cette prison : il est inadmissible que le personnel pénitentiaire travaille dans les conditions actuelles qui l'amènent à passer 4 week-ends sur 5 à la maison d'arrêt.

Il faudra de vrais moyens pour la médecine en prison, et en particulier, sortir de prison ceux qui relèvent de l'hospitalisation psychiatrique : les 6 vacations de psychiatrie par semaine à la maison d'arrêt d'Orléans sont nettement insuffisantes pour les prendre en charge.

Il faudra aussi donner aux détenus qui le souhaitent la possibilité de travailler. En prison, tout s'achète, contrairement aux rumeurs alimentées par les réactionnaires qui veulent que ce soit des hôtels "tous services compris y compris la télé". En prison, il faut "cantiner", c'est à dire acheter le minimum nécessaire à l'hygiène, y compris le papier toilette. Or, beaucoup de détenus n'ont pas de famille présente pour leur donner le minimum. A Orléans, ils sont 69 à vouloir travailler, et seuls 9 ont du travail.

prison-jps.jpgEt tout cela, on le sait.
On le sait, non pas parce qu'un futur contrôleur général des prisons, sans réels moyens, sera bientot désigné. Mais parce qu'un parlementaire visite la maison d'arrêt d'Orléans, chaque année, comme la Loi le lui permet. Jean-Pierre Sueur le fait depuis qu'il est sénateur. Mais que font les 7 autres parlementaires, tous de l'UMP ?

photo CDG

Partager cet article
Repost0
10 août 2007 5 10 /08 /août /2007 14:50

Elle a sans doute une petite trentaine d'années.
Elle habite dans un autre département de la région, mais vient plusieurs fois par semaine à Orléans, par le train.
Elle vient voir "son homme", le père de ses enfants. Elle a rendez-vous avec lui toujours à la même heure, pour 2 ou 3 dizaines de minutes. Parfois, elle amène leurs enfants.
Le petit garçon ne peut pas apporter la petite voiture avec laquelle il aime jouer. Et pour la petite, impossible de venir avec une couche de rechange.
Rien, il ne faut rien.

Alors on se débrouille. On cache. Des bonbons dans les plis d'une robe un peu large. Et pour améliorer l'ordinaire, elle apporte parfois un kebab ou un pâté à la viande. Tout petit, planqué. Si les surveillants le trouvent, son homme et elle seront bons pour un mois de parloir "hygiaphone".

prison-orleans.jpg

Son homme est là depuis plus de 6 mois, et il ne sait pas encore quand il sera jugé.
Même si elle sait qu'il sera sans doute condamné, il sortira de la prison d'Orléans peu de temps après son jugement, car il aura déjà purgé sa peine, "en préventive". Mais pendant des mois, son petit garçon, sa petite fille, et sa jeune femme auront, eux aussi été condamnés à vivre les "dommages collatéraux" de cette privation de liberté.

Par sa faute à lui, évidemment.
Par sa faute à lui, sa femme aura pris des risques, commis des petits délits.
Mais aussi par la faute d'un système judiciaire et pénitentiaire qui ne sait pas condamner les coupables sans condamner aussi leur entourage.
Et qui, pire encore, condamne l'entourage, avant même que les juges ne se soient prononcés.

A Orléans, début août, ils étaient 77 à attendre leur jugement derrière les murs hideux de la maison d'arrêt. 77 prévenus, et 134 détenus condamnés, pour 105 places.

photo CDG

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2007 5 20 /07 /juillet /2007 11:16
cnil-reponse-montillot.jpgJe vous ai fait part, fin mai, de ma surprise de figurer dans les fichiers de Florent Montillot, alors candidat opportuniste exclu de l'UMP, et toujours adjoint à notre sécurité et de recevoir sa prose électorale.

J'étais étonné d'y figurer avec la mention "Membre CCQ Acacias", mention ne figurant que sur les fichiers de la mairie.

J'avais donc demandé à not'bon'maire son avis sur la question, et dans le même temps, l'avis de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés.

L'enquête menée par la mairie d'Orléans a permis d'effectuer un rapprochement entre le fichier préparé pour les invitations à la cérémonie de remise de la Légion d'Honneur à l'adjoint à la sécurité, et mon adresse telle qu'elle était rédigée sur le courrier électoral en question. Florent Montillot avait d'ailleurs, par écrit, reconnu avoir utilisé ce fichier "devenu son fichier personnel".

A peine deux mois après, je viens de recevoir la réponse d'Alex Türk, président de la CNIL.

Cette réponse est claire : "Les données [...] ne pouvaient pas être réutilisées dans le cadre des élections législatives." et cela "en application de l'article 6 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée en août 2004" qui prévoit que "les données personnelles doivent être collectées et traitées de manière loyale et licite, pour des finalités déterminées, explicites et légitimes, et ne peuvent pas être traitées ultérieurement de manière incompatible avec ces finalités."

Le Président de la CNIL précise en outre qu'il "adresse ce jour un courrier à M.MONTILLOT afin de lui demander de procéder à la suppression dans son fichier personnel des données [...] qui lui avaient été communiquées par les services de la mairie d'Orléans."

Le Président de la CNIL termine le courrier qu'il m'adresse sur cette phrase : "Vous pouvez, si vous le souhaitez, saisir les juridictions judiciaires de ces faits, sur le fondement de l'article 226-21du code pénal".

Que pensez d'un élu, chargé de notre sécurité, et qui est, en période électorale de surcroit, aussi léger avec l'application d'une loi faite pour protéger nos libertés ? 

Je ne sais pas... mais j'y réfléchis !
Partager cet article
Repost0
18 juillet 2007 3 18 /07 /juillet /2007 19:01

hebdo454.jpgCela fait plusieurs jours que le projet de loi sur la récidive est en discussion. D'abord au Sénat, puis maintenant à l'Assemblée Nationale.

Je vous conseille donc la lecture du dernier numéro de l'Hebdo des Socialistes, disponible sur le net, et qui donne un autre point de vue sur ce projet de loi que celui retransmis par les médias officiels.

Qualifié de "Rupture avec une évolution humaniste et intelligente de la justice" par Dominique Barella, Procureur, ancien membre du Conseil Supérieur de la Magistrature, il est considéré comme "un projet de défiance à l'égard des juges" par Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret.

Justement, voici, en quelques lignes, ce que pense le seul parlementaire socialiste du Loiret de ce projet de Loi (propos recueillis par Jérôme Constantin, publiés dans l'Hebdo des socialistes n°454):

Le 5 juillet, le projet de loi sur la récidive a été débattu au Sénat. Quelle fut la position du groupe socialiste?

Nous nous sommes résolument opposés à ce texte. Il ne s’agit pas pour nous d’être systématiquement hostiles à toute proposition du gouvernement. Ce que nous critiquons dans cette loi, c’est son inefficacité. Le projet de loi sur la récidive s’appuie sur une vision simpliste de ce problème réel, sans en traiter les véritables causes.

Qu’ont proposé les sénateurs PS?

Par une série d’amendements, nous avons présenté de meilleures mesures pour combattre la récidive. Selon les experts, il n’y a aucune corrélation entre le nombre d’années de détention et le taux de récidive. En revanche, ce taux est fortement influencé par les conditions de vie dans les prisons et la qualité de l’accompagnement de ceux qui en sortent. C’est pourquoi nous proposons de développer les alternatives à la détention, de mettre en place un meilleur suivi des détenus pour leur réinsertion et d’améliorer les conditions de vie de ces derniers.

Le projet de loi porte aussi sur l’instauration de condamnations plancher, ce qui ferait disparaître l’individualisation des peines...

C’est en cela un projet de défiance à l’égard des juges, que l’on veut encadrer pour qu’ils deviennent des distributeurs automatiques de peines. Les magistrats ne sont pourtant pas laxistes, n’en déplaise à Monsieur Sarkozy. Le vrai problème est que beaucoup de condamnations prononcées ne sont pas appliquées, faute de moyens. Ces jours derniers, nous avons exigé au Sénat que des moyens plus importants soient donnés à la justice. Cette mesure serait bien plus efficace que l’ensemble des lois répressives que nous a promis le nouveau président, et qui n’ont pas d’autre finalité que de rassurer l’opinion.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2007 3 18 /07 /juillet /2007 06:12
fichiers-police-cnil-erreurs.gifC'est une des missions de la CNIL : ses membres qui ont qualité de magistrat peuvent procéder au contrôle des deux grands fichiers de police/justice : le STIC (Système de Traitement des Infractions Constatées) et JUDEX (la même chose pour la gendarmerie).

Ces vérifications sont faites à la demande du citoyen qui pense figurer dans l'un de ces fichiers.

En 2001, elle vérifiait 162 dossiers, et en faisait modifier 40, soit 25%. En 2006, elle effectuait la vérification de 532 dossiers, et là le taux de dossiers "inexacts, incomplets ou périmés" a explosé : 54% ! C'est à dire que pour 288 personnes enregistrées dans ces fichiers comme "mises en cause", la CNIL a fait procéder à la modification de ces fichiers.

Voici quelques exemples, tirés du Rapport annuel 2006 de la CNIL, dans la rubrique "ça la fiche mal" :

- Monsieur X, âgé de 24 ans, postulant pour un emploi de sécurité avait été entendu dans un commissariat de police en 2005 pour une affaire de recel, mention qui devait rester dans le STIC pour 40 ans.
À la suite des investigations par le magistrat de la CNIL, et à la lecture de la procédure il a pu être constaté qu’il n’y avait pas d’élément contre cette personne.
Elle avait été interpellée à bord d’un véhicule volé acheté de bonne foi par son frère. Ce signalement a donc été supprimé car le requérant ne correspondait pas à la notion de mis en cause.

- Un jeune homme était signalé à la suite d’un contrôle de la circulation pour défaut de rétroviseur.
L’agent de police avait saisi de façon incomplète le numéro de série du véhicule.
En juin 2003, l’intéressé effectue une formation à l’aéroport de Nice pour devenir agent de piste. Sa demande de badge reste bloquée à la Police de l’air et des frontières (PAF).
L’agent de la PAF l’informe alors de son inscription au fichier STIC pour recel.
L’erreur sur le numéro de série avait conduit les services de police à le mettre en cause pour une affaire de recel d’un scooter volé.
Le signalement a donc été effacé à la suite des démarches de la CNIL car l’infraction n’était pas constituée.

- Monsieur X. occupait un emploi en CDI dans une société de gardiennage, mais la Police de l’air et des frontières a refusé son agrément pour occuper un emploi de sécurité dans l’enceinte de l’aéroport.
Lors des investigations menées par le magistrat de la CNIL, le 18 juillet 2006, il a été constaté que M. X était signalé dans le STIC en tant que mis en cause dans une affaire de menaces d’atteinte aux personnes sous condition.
L’affaire a été classée sans suite pour infraction insuffisamment caractérisée. Le parquet ayant demandé l’effacement de la fiche le 21 juillet 2006, les services de police judiciaire, seize mois après la saisine de la CNIL, ont confirmé la suppression.

Ces exemples montrent la nécessité d'une vigilance accrue face aux enregistrements informatiques, trop facilement réalisés, et si long, parfois, à être effacés. Seule une autorité indépendante, dotée des moyens suffisants peut réellement protéger le citoyen. Telle n'est pas actuellement la situation de la CNIL !

illustration : journal Le Monde du 13 juillet 2007
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 07:39

policemairie.jpgCela faisait deux ou trois jours que cet autocar de tourisme était garé, boulevard Alexandre Martin.
Mal garé, à moitié sur une place pour handicapé et sur la chaussée, ce qui, sans doute, attirait le regard des passants, et devait obliger les automobilistes à faire un écart.

Passant à proximité mardi après-midi, et voyant ce car depuis deux jours, j'ai été étonné par le fait que la porte d'une soute à bagage soit ouverte, et surtout, qu'un document officiel (une sorte de livre de bord, vert) marqué "Republik Österreich" soit coincé par l'essuie-glace sur le pare-brise.

J'ai donc, naturellement, appelé la police municipale pour les avertir. Ils ont tout noté : l'emplacement du car, son immatriculation, et mon nom, mon téléphone. Et j'ai été bien remercié pour ces informations. Je suis parti en vacances pendant quelques jours, certain que la police municipale ferait son travail.

Trois jours plus tard, une de mes camarades a elle-même dû appeler la police municipale pour signaler la présence d'un car de tourisme, mal garé, au même endroit : le même car évidemment. Mais, élue municipale, elle a ensuite été rappelée pour s'entendre dire "c'est un car autrichien volé depuis 5 jours". Et le car fut ensuite enlevé.

Que s'est-il passé entre mardi et vendredi ? Qu'a fait la police municipale ? Le propriétaire du car a-t-il été prévenu ? Je ne sais pas, mais il est assez étonnant qu'un car volé puisse rester mal stationné pendant 3 jours alors qu'il a été signalé... La police municipale sait faire emmener en fourrière une voiture gênante (et tant mieux !), il serait étonnant qu'elle ne sache pas faire enlevé un car volé aussi mal stationné !

C'est peut-être à cause de l'été, mais la police municipale semble avoir des problèmes d'embrayage !

photo CDG
Partager cet article
Repost0
11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 06:06

bus-police.jpgDevenez policier des transports ! Mais alors, faites vite, car il ne reste plus que quelques jours pour répondre à l'annonce déposée par l'AgglO sur internet.

Je me souviens que je n'ai pas eu de réponse aux questions que je posais ici le 10 avril, et que le sujet ne doit pas être suffisamment important pour que les journalistes s'y intéressent.

Je les rappelle donc ici :
- Que se passe-t-il au 5 rue des sansonnières, dans un service dont toutes les autorités ont vanté l'intérêt et l'efficacité ?
- Pourquoi tous les policiers disparaissent-ils ainsi ?
- Pourquoi les chefs de service se succèdent-ils si rapidement : 3 en 3 ans !
- La police des transports est elle inefficace ? ou trop efficace pour qu'elle n'ait plus besoin d'exister ?
- Le recrutement de nouveaux policiers est-il en cours ? Pour cette question, c'est www.monorleans.com qui vous apporte la réponse... et qui veillera !

photo (d'archive) CDG

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 17:22
On tombe parfois sur des perles... dans les annonces légales !

J'ai adoré cette annonce de marché public, parue aujourd'hui dans la Rep, pour la fourniture de "vins fins, champagnes, mousseux, alcools et liqueurs" pour la base aérienne de Châteaudun.

Evidemment, je sais que de temps en temps, même à l'armée, on fait la fête...

Mais ce qui me plait le plus c'est que celui qui s'occupe de cet achat est "M. le chef du soutien du personnel".

L'armée ne sait plus quoi faire pour rendre ses militaires heureux...Tout un programme !
Partager cet article
Repost0
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 15:07

plainte.jpgNous sommes à une semaine du 1er tour des élections législatives. Les candidats sont donc tous très présents sur tous les marchés. C'était le cas ce samedi au marché du Quai du roi : Micheline Prahecq était là avec plusieurs de ses militants comme elle le fait depuis des mois, même chose pour Alexandrine Leclerc, idem pour Jean-Louis Bernard. Il y avait aussi, comme tous les samedis depuis l'élection présidentielle, des partisans de Florent Montillot, le candidat opportuniste exclu de l'UMP.

Quelle mouche a piqué un de ces partisans du candidat de la politique sécuritaire ? Je ne le sais pas, mais toujours est-il qu'il s'est permis de vociférer vers les militants socialistes allant jusqu'à dire « Ségolène Royal est pour qu’on mette le feu aux voitures, alors Micheline Prahecq doit faire attention à son « camion », il va cramer ! »

Drôle de conception du débat démocratique ! Et bizarre mise en oeuvre de la sécurité si chère à son patron !

Tous les autres candidats présents et leurs militants ont été choqués par ces propos.

L'adjoint de Serge Grouard à la sécurité, candidat opportuniste dans la 3ème circonscription, a écrit dans son 1er tract  qu'avec Nicolas Sarkozy, il veut "une véritable rupture avec les méthodes politiques du passé". Au moins, il nous aura prévenu ! 

Affaire à suivre, car comme l'écrit Micheline Prahecq sur son blog, une plainte a été déposée.

anti_bug_fckphoto CDG
Partager cet article
Repost0
2 mai 2007 3 02 /05 /mai /2007 18:10

Aujourd'hui, mercredi 2 mai, rue de la République à Orléans, vers les 16h.

J'ai assisté à des faits que je ne m'explique pas. Ils mettent en scène une maman avec 3 enfants, une poussette et un vélo, des policiers à pied, puis un camion de police, puis un autre camion de police.

A la fin, ils me mettent en scène aussi, puisque les policiers voyant que je les photographiais ont relevé mon identité au cas où il y aurait une utilisation illicite de leur droit à l'image. L'un d'eux m'a même demandé d'effacer les photos prises, peine perdue. Je reparlerai ici du droit à l'image et du droit de photographier des policiers.

Vous avez donc droit aux visages brouillés comme d'habitude. Mon objectif n'étant pas de mettre en cause l'un ou  l'autre de ces policiers, mais juste de nous questionner sur une telle opération.

Pour ne pas trop vous faire peur, les images ont subi un coup de filtre "bande dessinée".  

velo1.jpg
Voila, c'est juste ça : une maman, une poussette, trois enfants, un vélo.
Des policiers qui regardent le vélo.

velo2.jpg
D'autres policiers qui arrivent. 
Le vélo est mis dans le camion de police.


Le petit garçon court voir son vélo dans le camion. 

 velo4.jpg

velo5.jpg

velo6.jpg

velo7.jpg

Après quelques minutes, on fait monter toute la famille, et la poussette dans le camion de police.

photos CDG

Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Outils externes

 

Référencé par Blogtrafic

 

Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet weblogUpdates.ping www.monorleans.com http://www.monorleans.com/

 

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs