Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'auteur

 

Christophe Desportes-Guilloux (CDG)

43 ans
Orléanais d'adoption et militant socialiste

M'écrire

Il y a    personne(s) sur monorleans.com

Recherche

Mes videos

Archives

Orléansphère

20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 17:00

Avez-vous déjà essayé de louer une salle municipale à Orléans ? C'est la croix et la bannière...

Tout d'abord, il faut faire le tour des mairies de quartier : en effet, la mairie centrale n'est pas capable de vous dire quelles sont les salles disponibles à Orléans pour un jour donné. S'il est surement pratique que les salles de quartier soient gérés par les mairies "de proximité", il serait sans doute utile que cela le soit avec des moyens modernes, afin que la mairie centrale puisse dire quelles sont les disponibilités sur l'ensemble de la ville.

Remarquez, cet outil de gestion serait souvent inutile car très souvent il n'y a pas de salle disponible !

En effet, beaucoup de tranches horaires sont attribuées "à l'année" à des associations de gym, de scrabble, et autres pour leurs activités régulières.

Mais le summum est atteint quand on vous annonce que la salle Eiffel ne sera pas disponible pendant plusieurs mois : elle est occupée par les services de la mairie pour le recensement, puis pour la préparation des élections ! Même chose pour la salle d'Hardouineau qui est, temporairement, occupée par l'accueil de la mairie, mais qui était auparavant déjà occupée par des services municipaux.

Tout cela est le résultat de l'inaction absolue de la ville qui n'a construit aucune salle municipale depuis 5 ans. Alors que les années précédentes avaient vu s'ouvrir la salle Yves Montand aux Blossières, la salle Camus avenue Jean Zay, la salle Gauguin route de St Mesmin, la salle Pellicer à la Source, la salle de la Cigogne à St Marceau, sans oublier la salle Eiffel en centre ville !

On aurait pu profiter des projets de construction dans les quartiers, mais la municipalité a préféré donner l'ensemble des terrains à des promoteurs et faire des promesses... pour le prochain mandat !

photo CDG

 

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2007 4 04 /01 /janvier /2007 21:13

C'est une des fiertés de not'bon'maire et de son adjoint à la promotion immobilière : le quartier Sonis, ancienne caserne du 28ème Régiment de Transmission, situé boulevard de Châteaudun, va être entièrement réaménagé.

C'est clairement une chance pour Orléans que d'avoir à sa disposition une réserve foncière aussi importante, et il est prévu, d'après le site internet de la ville d'y aménager 34000 m2 de logements (avec la promesse éternelle de 20% de logements sociaux) et 10600 m2 de bureaux.

Il semble même que la municipalité ait prévu, sans doute par une volonté miraculeuse ou une clairvoyance pré-électorale, des équipement publics : une mairie de proximité, des locaux techniques pour les services techniques, une antenne du Centre Communal d'Action Sociale, et une salle de quartier.

Il est fait aussi mention d'une maison de retraite de 10000 m2 dont on se demande bien pourquoi elle n'est pas dans le périmètre de la ZAC, alors qu'elle est sur tous les plans publiés...


Illustration : site internet de la ville

Le site internet de la ville est sans doute très optimiste quand il annonce que les travaux de voirie et de construction commenceront en 2005 et qu'en 2006 commencera la construction des logements et des bureaux car pour le moment, début 2007... tout est en friche !

Rien n'a vu le jour, hormis quelques branchements de réseaux...

Une friche... la ZAC Sonis est une grande friche ! Alors, pour se rattraper, la ville ne parle plus que de la place Dunois, dont le réaménagement si nécessaire est annexé à la ZAC: le plan ci-dessus, publié par la ville ignore carrément la place Dunois ! Ce caffouillage est rattrapé par la vidéo en images de synthèse du site municipal qui ne montre en détail que la place Dunois, et ne fait que survoler le reste du site !

Le site internet de l'aménageur, la SEMDO, est totalement muet sur Sonis: un clic sur "Sonis" dans la liste des opérations d'aménagements ne lance rien... Quant à Saint-Sain, Lauréat du concours, je n'ai rien trouvé sur lui...

Olivier Carré, maire-adjoint à l'urbanisme, aura sans doute quelques moments de disponible pour répondre à mes questions :

  • Quel est le nouveau calendrier de réalisation de Sonis ?
  • Quels sont les architectes, urbanistes, retenus pour ce projet ? (Saint Sain, tel qu'indiqué sur le site de la ville ne semble pas exister !)
  • Quels sont les promoteurs retenus et quels sont leurs projets ?

Le seul bâtiment construit est celui de la maison de retraite privée qui n'est que le transfert de la maison de retraite Sainte-Cécile située précédemment boulevard Rocheplatte. Il ne s'agit pas d'une création d'un nouvel établissement, même si c'est un bâtiment flambant neuf.

Je ne sais pas très bien pourquoi cette construction est hors ZAC, mais au moins elle est terminée depuis plusieurs mois, au plus grand bonheur, sans doute, de ses pensionnaires, de son personnel, et surtout de sa direction !

photos CDG

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2006 4 23 /11 /novembre /2006 22:40

J'indiquais, en octobre, que les logements construits à l'îlot de la Râpe - ou ZAC Coligny - étaient très au dessus des prix de l'immobilier dans ce quartier d'Orléans.

Le premier maire-adjoint, Olivier Carré, avait honoré www.monorleans.com d'une réponse, et confirmait les prix que j'annonçais pour ces logements. Il prétendait néanmoins que ces prix étaient dans la moyenne des prix de l'agglomération, qu'il fixe lui à 2450 euros le m2. Voyons donc ce qu'il en est réellement, et si l'élu n'essayerait pas de nous faire prendre des logements pour riches pour des logements "moyens"...

Voyons ce qu'en disent les professionnels de l'immobilier :

Le groupe Foncia, dans sa cote semestrielle de l'immobilier, indique les prix suivants par quartier d'Orléans pour les logements neufs :
- Centre ville 2800-3200 € le m2
- Nord-Est 2400-2500 € le m2
- Nord-Ouest 2200-2400 € le m2
- Sud Loire 2500-3000 € le m2

Et voici ce que sont les prix proposés par les différents promoteurs dans l'îlot de la Râpe :

- T2 construit par Bouygues dans l'îlot A : 2432 € le m2
- T3 construit par Marignan Immobilier dans l'îlot E : 2498 € le m2
- T4 construit par Bouygues dans l'îlot A : 2696 € le m2
- T2 construit par Marignan Immobilier dans l'îlot E : 2701 € le m2

Avec des prix compris entre 2400 et 2700 € le m2, l'îlot de la Râpe, situé dans le nord-ouest de la ville est donc dans la partie supérieure de la fourchette globale, et au-dessus des prix constatés dans le quartier.

L'îlot de la Râpe n'est pas dans le centre ville, mais dans ce centre, si joliment refait, la situation est encore pire, ainsi que le démontre l'article rédigé sur www.explorimmoneuf.com :

"En 2 ans, les logements neufs ont doublé, les maisons individuelles triplé et les prix gagné près de 30 %. Plus mature, le marché orléanais a progressé régulièrement de 5 % par an et ses prix ont doublé en une dizaine d'années. Prix moyen du m2 en centre-ville : aux alentours de 2500 € à Chartres et de 3 000 € à Orléans. La hausse des prix pénalise particulièrement les primo-accédants, moins nombreux dans la région à acquérir un bien en 2005 que précédemment."

Quel est l'objectif visé par la ville ? Faire d'Orléans une ville de vieux riches au centre-ville et de jeunes riches dans les nouveaux quartiers ? Sélectionner une population en fonction de l'épaisseur de son portefeuille et de son penchant électoral naturel ? Je ne doute pas que l'adjoint à la promotion immobilière ne tardera pas à nous répondre !

photo : CDG

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2006 6 04 /11 /novembre /2006 08:11

Quelques dizaines de locataires de La Source ont manifesté pour demander que le chauffage soit allumé dans leurs appartements. Avec des températures négatives la nuit, ce serait la moindre des choses. Mais comme d'habitude l'Office HLM a oublié d'allumer le chauffage !

A moins que ce soit le résultat d'une volonté : le directeur de l'Office affirme ce matin sur France Bleu Orléans que les locataires ont l'impression d'avoir froid, parce que la température extérieure a chuté brutalement... Ben voyons, après le sentiment d'insécurité, on nous fait le coup du sentiment de froid... Et pour preuve de cette légèreté, l'Office va démarrer, non pas le chauffage, mais une campagne de mesure de la température dans les appartements !

On nous explique aussi que le retard à l'allumage est du à une malveillance : deux fusibles ont été détruits. Imaginez ! Deux fusibles détruits ! C'est de l'ordre de la catastrophe intergalactique contre laquelle on ne peut rien ! Pas de fusibles... pas de chauffage !

Et pourtant, quand le directeur de l'OPAC joue la surprise face au froid, www.monorleans.com se permet de l'accuser de légèreté : Il a reçu le 18 octobre, il y a donc 3 semaines, le courriel suivant, d'un de ses locataires :

Monsieur le directeur,
Je me permets de vous envoyer ce courriel afin d'attirer votre attention sur le froid qui reigne dans les appartements gérés par l'OPAC d'Orléans.
Je réside à Orléans La source, et depuis le début de l'année, je me suis rendu à maintes reprises à l'agence de la Source afin de leur signaler que les appartements sont très froids et que dans ces conditions, ils sont inhabitables. Je leur ai demandé à maintes reprises de mettre le chauffage (chauffage collectif), ce qui n'a toujours pas été pris en compte.
Monsieur le directeur, depuis une semaine, nous souffrons, oui, nous souffrons, nos enfants sont malades et nous avons un bébé de six mois. Je vous en conjure de prendre toutes les dispositions nécessaires pour mettre en marche le chauffage aujourd'hui même. Il fait très froid dans les appartements, je ne parle même pas de ceux qui habitent au RDC qui sont frigorifiés. Les gens commencent à se poser des questions, la grogne monte !
Je me permets d'envoyer ce courrier à quelques structures de Média afin qu'ils sachent les conditions de vie dans ce quartier.
Dans l'attente de votre réponse, je vous prie d'agréer mes sincères salutations.
 
Ce courriel a aussi été envoyé à www.monorleans.com et à la ville d'Orléans.
Pourquoi l'OPAC n'a-t-il pas réagi ? Pourquoi la ville n'a-t-elle pas réagi ?
Nous attendons des réponses...
Partager cet article
Repost0
24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 18:06

Rien à voir avec celle de 1999, heureusement ! Mais la tempête de cette nuit m'a remis en mémoire une interrogation de not'bon'maire : la nouvelle gare d'Orléans, en métal et en verre tiendrait-elle le coup si une tempête du type de celle de 1999 s'abattait à nouveau sur notre ville ?

Je me souviens qu'il s'était posé cette question, lors d'une réunion publique : si le vent s'engouffre par la face nord de la nouvelle gare, ne risque-t'il pas de soulever toute la structure ? Je me souviens même qu'il s'était questionné sur l'accumulation de la neige dans le creux de la vague que forme le toit.

A-t'il obtenu une réponse à ses angoisses ? Les architectes ont-ils démontré la solidité de leur projet ? Les riverains ont-ils eu des informations là-dessus ? Je ne suis pas du genre à m'inquiéter pour rien, mais si le maire s'inquiète, que devons-nous penser ?

Puisque désormais www.monorleans.com est lu en haut-lieu, nous aurons sans doute une réponse argumentée, et rassurante !

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 08:09

C'est l'avantage des blogs que de permettre aux lecteurs de réagir, et de susciter ainsi de nouveaux articles. Le présent article, en gestation depuis un moment, fait suite à l'aimable commentaire d'Oliver Carré "premier Maire-adjoint, chargé du logement, de l'urbanisme, de la revitalisation urbaine, et des technologies de l'information" sur mon article publié il y a quelques  jours sur l'îlot de la Râpe, rebaptisé récemment "Zac Coligny".

Le bras droit du chouchou de la Madrague nous informe que sur ce projet le taux de logements sociaux sera de 24,7%. Chiffre net, précis, issu, je n'en doute pas, d'un calcul simple : le nombre de logements sociaux rapporté au nombre total de logements.

www.monorleans.com est donc allé à la pêche à l'info. Par téléphone auprès de la Semdo, chargée du projet global, et par téléphone, courrier, et même rencontres avec certains des promoteurs. Et voici les résultats :

Pour mieux se répérer, j'utiliserai les "îlots" qui figurent sur le plan d'ensemble ci-dessous.

Ilot A : 59 logements construits par Bouygues Immobilier, dont 0 logement social
Ilot B : 36 logements construits par Becimmo, dont 0 logement social
Ilot E : 32 logements construits par Marignan, dont 0 logement social
Ilot E : 24 logements construits par Sully Promotion, dont 0 logement social
Ilot E : 26 logements sociaux construits par l'OPAC d'Orléans
Ilot E : 25 logements sociaux construits par Nouveau Logis
Ilot E : 54 logements construits par Capri Icades, dont 0 logement social
Ilot E : 28 logements construits par Sami Promotion, dont 0 logement social

(précision : il y a bien plusieurs constructeurs sur l'ilot E, et il n'y a pas d'îlot D)

Ce qui fait un total de 51 logements sociaux pour 233 logements non sociaux, qualifiés même de "standing" par certains promoteurs, soit un taux de 18%.

Il faut toutefois ajouter que l'ilot C verra Bâtir Centre construire un certain nombre de logements, mais à la date d'hier cette société indiquait "environ 130 logements" et précisait que le projet n'étant pas finalisé, ils ignoraient le nombre de logements sociaux.

L'îlot J sera doté d'une résidence de services (?) et d'une résidence hôtelière pour personnes âgées. Peut-on espérer que cette dernière soit accessible, financièrement, à la plupart des personnes âgées du quartier ?

Il reste enfin, l'îlot F sur lequel on ne sait rien : Des promoteurs ont-ils été retenus ? Aucune info ne filtre !

Mais ne doutons pas qu'Olivier Carré profitera de cet article pour apporter toutes les précisions permettant de comprendre le chiffre de 24,7% qu'il avance.

 

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2006 5 13 /10 /octobre /2006 21:04

Le chantier de la gare avance, doucement, mais il avance. Actuellement les ouvriers sont en train de réaliser les fondations de ce qui sera le parking de la gare. Pour cela, ils ont du creuser sous le centre commercial Place d'Arc pour réaliser l'entrée-sortie du parking vers la rue St-Yves.

Il semble qu'ils aient découvert des principes de construction d'un autre âge : des piliers qui ne sont pas les uns en dessous des autres. En effet, sous la place d'Arc, les piliers de fondation sont décalés de plusieurs dizaines de centimètres par rapport aux piliers du rez-de-chaussée, ce qui a nécessité de consolider la structure en béton par des poutres métalliques, et de couler de nouveaux piliers juste à côté des piliers existants !

Un chantier archéologique en quelque sorte : l'étude de la construction d'un centre commercial de la fin des années 80... Comme quoi, le bétonnage à tout crin réserve parfois des surprises...

On espère simplement que ces travaux inattendus ne retarderont pas plus le chantier gare !

photos CDG

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2006 6 07 /10 /octobre /2006 14:13

L'îlot de la Râpe est un des grands projets de la municipalité actuelle: 30 000 m2 de bureaux et autant de logements. J'ai déjà signalé que le type de logements construits ne permettrait pas à tout le monde d'habiter ce nouveau quartier : entre 2500 et 3000 euros le m2, ce sont des prix très au dessus de la moyenne des prix de l'immobilier orléanais.

La principale partie "publique" du projet est la place qui ira de la nouvelle avenue Patton à la station de tramway "Coligny". Cette place est sur deux niveaux, en raison du fort dénivelé du site. Dès 2004, je signalais, avec Joëlle Beauvallet, conseillère générale du canton, que ce nouveau quartier ne serait pas accessible aux personnes handicapées ou aux poussettes et aux landaux : les deux grands escaliers qui encadrent la fontaine n'étaient pas accompagnés de pan incline.

Depuis, le site internet de la ville nous annonce que la place disposera "d'une rampe d'accès pour les handicapés".

Les travaux sont en cours, et pas de rampe d'accès. Mais une sorte de monte-charge. On imagine mal, le matin, le midi, et le soir, les mamans avec poussette, les personnes handicapées, ou simplement les personnes âgées, faire la queue devant ce monte-charge. Priorité à la montée ? à la descente ? D'ailleurs, le petit film municipal en image de synthèse ne montre ni maman avec poussette, ni personne handicapée: les images trahissent parfois le manque de souci que l'on a à faire une ville pour tous !

Et comment être sûr que ce monte-charge fonctionnera mieux que l'ascenseur de Place d'Arc qui connait plus de jours de panne que de jours de service ?

Tout cela ressemble fort à de l'improvisation ! Mais c'est ce qui arrive quand la puissance publique décide de confier les projets au privé : l'intérêt public n'est plus défendu !

Orléans 2015 se construit, parait-il, mais pas pour tout le monde !

photos CDG

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2006 5 06 /10 /octobre /2006 22:39

J'en parlais ici le 13 août 2006, la liaison Tram-Train devait être inaugurée en juillet 2006. C'est d'ailleurs toujours ce qu'annonce le site de l'AgglO : "Son ouverture est prévue en juillet 2006. Sept mois de travaux seront nécessaires à sa réalisation."

La Rep en a parlé il y a longtemps : un propriétaire de places dans le parking Primat avait refusé de vendre son bien pour que la liaison Tram-Train soit réalisée. Qu'en est-il aujourd'hui ? Les places ont elles pu être achetées ou est-ce pour cela qu'on ne voit toujours pas déboucher la liaison, ni côté gare, ni côté Tram ? Le projet  est-il remis en cause ?

Les panneaux informatifs disposés dans la gare sont d'ailleurs très inquiétants : ils annoncent que la liaison Tram-Train sera ouverte en été 2007 ! Ce qui voudrait dire, puisque "sept mois de travaux seront nécessaires" que les travaux n'ont pas commencé !

MonOrléans continue l'enquête...

photo CDG

 

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2006 3 27 /09 /septembre /2006 16:18

Des chantiers de construction étaient en grève lundi et mardi à Orléans. Les salariés en grève, tous de la société GTM revendiquaient une hausse générale des salaires. En comparant leurs salaires à ceux de leurs collègues intérimaires, ils ont pu constater une différence de 2 euros par heure, et une "prime de panier" moins importante. Cette différence est-elle réelle ? Tient-elle compte de la prime de précarité et des congés payés qui sont versés chaque mois aux intérimaires ? En tout cas, la cohabitation sur un même chantier, d'ouvriers en CDI ou CDD et d'intérimaires n'améliore pas le climat social !

On peut s'étonner que sur des chantiers aussi longs, des sociétés emploient des intérimaires : le travail intérimaire a été "inventé" pour pallier des absences plus ou moins courtes (maladie, accident, formation) ou pour faire face à des hausses subites d'activité. Or, que ce soit sur le chantier de la gare, ou le chantier de l'ilot de la rape, ces chantiers seront longs et il n'y a donc pas de raison "sociale" valable de ne pas embaucher des ouvriers "non intérimaires".

L'employeur des grévistes n'est d'ailleurs pas une société en difficulté - on pourrait dans ce cas avoir un peu de compréhension supplémentaire - puisqu'il s'agit de la société GTM, filiale du grouve VINCI.

Les comptes de cette société, publiés ici sur internet,  indique "des performances semestrielles en forte hausse" . Jugez vous-même :

  • chiffres d'affaires en hausse de 8%
  • résultat net consolidé en hausse de 32%
  • acompte sur dividende en hausse de 21%

On peut donc espérer qu'avec de tels résultats, la direction de cette entreprise entendent avec un peu de bienveillance les revendications de ses ouvriers, et qu'elle pérennise l'emploi plutôt que le précariser.

photo CDG

Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Outils externes

 

Référencé par Blogtrafic

 

Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet weblogUpdates.ping www.monorleans.com http://www.monorleans.com/

 

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs