Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'auteur

 

Christophe Desportes-Guilloux (CDG)

43 ans
Orléanais d'adoption et militant socialiste

M'écrire

Il y a    personne(s) sur monorleans.com

Recherche

Mes videos

Archives

Orléansphère

19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 21:19

Nouvelle étape de notre promenade le long du tram, entre les stations République et De Gaulle (avec un D majuscule, c'est du flamand !)

Ils appellent ça des cariatides... des femmes qui tiennent un balcon sur leur tête !

Et pourquoi pas des éléphanteaux qui tiendraient un blog pendant qu'on y est !

 On passe très souvent devant ce genre d'endroit à Orléans : un immeuble d'architecture classique, fin 19ème, et hop un immeuble beaucoup plus moderne dont on trouve la photocopie dans beaucoup de rues du centre ville...
 ...comme ici, place du Martroi. Tous ces immeubles datent de "la reconstruction". Orléans a été plusieurs fois bombardé et incendié pendant la deuxième guerre mondiale, et tout son centre en a été bouleversé.
 Encore des cariatides ! sur un des immeubles les plus connus d'Orléans, à l'angle des rues de la République et Bannier. "La rotonde" abritait auparavant un café. Mais comme l'autre immeuble du bas de la rue de la Rep', ces deux anciens cafés se sont transformés en boutiques de chaussures...
Le piédestal de la statue de Jeanne d'Arc est ornée de scènes racontant la vie de la Pucelle... A y regarder de plus près on s'aperçoit que les chevaux n'ont plus de pattes, Jeanne, plus de bras...
 C'est pourquoi les bas-reliefs du bas ont été remplacés par des moulages en résine. Des abrutis continuent à en casser des morceaux (en souvenir ?) mais au moins, les moulages peuvent être refaits...
 Nous ne sommes pas dans une église, mais sous la place du Martroi. L'arc en maçonnerie est la partie extérieure des fortifications d'Orléans sur laquelle venait s'appuyer le pont-levis de la porte Bannier. Cet ensemble très impressionnant a été découvert lors des travaux de la place du Martroi et est visible depuis le parking souterrain.
 En resortant du parking, le vendredi, on peut découvrire l'agréable marché aux papiers : livres, cartes postales, gravures. Et il faut en profiter car c'est le seul marché hebdomadaire de l'hyper-centre !

 Après avoir quitté la place du Martroi, depuis le bas de la rue des minimes, on aperçoit cette étrange église. Là encore, la guerre est passée par là. Ce bâtiment qui, depuis le début du 20ème siècle abrite les archives départementales a été entièrement détruit par le feu... avec les archives qu'il contenait !

N'hésitez pas à le contourner par le nord, et vous verrez l'ancien cloitre du couvent des minimes.

 Nous sommes arrivés à la station De Gaulle.

Les affiches pour l'enquête d'utilité publique Cleo ont été accrochées là... au gros scotch !

photos CDG

Partager cet article
Repost0
17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 05:28

Troisième étape, au fil du tram...

Chaque station de tramway comportait, à l'origine, un panneau comme celui-ci pour compléter les explications données par les sérigraphies. Simplement collés, la plupart de ces panneaux ont malheureusement disparu...

Depuis que le projet de liaison tram-train existe, les clients de la Semtao sont accueillis dans cette baraque de chantier, récemment agrandie.

Provisoire, cet accueil est là depuis des années... et surement encore pour longtemps !

Enfant, je pensais que ce genre de photo ne se voyait qu'à New-York ! Une jolie maison du début du 20ème coincée entre deux immeubles poussés trop vite !
L'esplanade de Place d'Arc fut l'occasion de la première colère de not'bon'maire. Une histoire idiote de taille de pavés... Il aurait mieux fait d'être attentif à la qualité de la réalisation des fontaines qui n'ont jamais fonctionné pendant plusieurs années pour cause de fuite ! Elles fonctionnent désormais, enfin !
La rue de la République a été percée à la fin du 19ème siècle pour relier la place du Martroi à la gare. Ce fut l'occasion pour quelques architectes orléanais de réaliser de jolis immeubles, comme celui de "l'Hôtel Moderne", en pierre et en briques, joliment décoré de scènes de "retours de chasse".
Monsieur Duthoit, architecte, a conçu l'ensemble du bâtiment. (La précision, et la photo, sont dédiées à Fansolo !)
Autre objet, bientôt rangé au musée du 20ème siècle, cette plaque d'un futur ex-parlementaire.
C'est le seul bâtiment construit dans les années 80. Il a remplacé un bâtiment historique pour beaucoup d'orléanais : la clinique où des milliers d'entre eux sont nés !

Nous ne sommes qu'au milieu de la rue de la Rep'...

La suite, au prochain épisode !

photos CDG

Partager cet article
Repost0
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 12:18

Deuxième étape de notre balade en tram, entre les stations Antigna et Gares d'Orléans, juste le temps de parcourir l'avenue de Paris entièrement réaménagée pour le passage du tram.

La seule maison qui ait un peu de cachet : à l'angle de l'avenue de Paris et de la rue Eudoxe Marcille. Construite en 1904 elle présente à la fois des sculptures très "art-nouveau" et de jolies mosaïques

La nouvelle gare, en construction.

Il va falloir forcer son imagination pour voir une verrière, alors que le toit en métal se met en place !

Et voici le cube en béton qui sera sans doute entouré de bois et de verre, comme annoncé dans la communication sur le projet.
Prendre une photo au travers de la structure sera bientôt un jeu auquel on ne pourra plus se livrer, la couverture de "bacs métalliques" avançant à grands pas.
Juste au dessus de l'affreux centre commercial, deux horloges indécises... 15h50 ? 17h05 ? Zut, j'ai raté mon train !
Les maisons de Joël Shapiro, qui feront, avec les autres oeuvres d'art posées le long du tram, l'objet d'un article entier. On aime ou on n'aime pas. Moi j'aime bien cette vision de l'architecture et de l'urbanisme fou qu'on voit parfois dans des villes ou des quartiers sans projet. Des maisons sens dessus-dessous, tout un symbôle dans la ville d'Archilab !

photos CDG

Partager cet article
Repost0
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 12:23

On croyait avoir tout vu dans le domaine des pseudo-pistes cyclables, boulevard Alexandre Martin. Mais c'était sans compter sur l'oeil avisé de Moonblogueur. Voici donc la fameuse plaque d'égout qui ne tient plus que par l'action du saint-esprit... et encore il fait mal son boulot !

Et les cyclistes qui auraient survécu à cette épreuve se trouveraient, quelques dizaines de mètres plus loin, face à ce flêchage qui laisserait perplexe même le plus prudent...

 photos CDG

Partager cet article
Repost0
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 12:00

Il aura juste fallu un coup de vent pour que le flêchage de l'office de tourisme pende lamentablement...

Désormais, il n'y a pas que les vélos qui vont avoir des pistes bizarres, les piétons aussi : ils devront grimper au lampadaire pour atteindre l'office de tourisme !

photo CDG

Partager cet article
Repost0
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 07:37

Les orléanais le savent bien, l'important pour la mairie n'est pas de résoudre les problèmes mais d'afficher, de communiquer, et... de peindre ! J'avais déjà critiqué l'absurdité de la voie partagée entre les bus et les vélos sur le boulevard Alexandre Martin côté sud, et bien voici le côté nord...

Dans la journée d'hier, deux ouvriers ont installé des marques au sol :

Un joli marquage "BUS" placé... 20 m avant le lampadaire qui cache le panneau marquant la fin de la voie réservée aux bus !

 

Je ne mets pas en cause le travail de ces ouvriers, mais il y a manifestement à la mairie des élus qui se moquent du monde !

Et ça ne serait qu'anecdotique s'il n'y avait pas ceci, moins de 100 m plus loin :

 

La plus petite piste cyclable du monde ! moins de 20 m ! Et pour cela il a quand même fallu faire une jolie ligne blanche sur le trottoir, et installer deux panneaux !

Alors, j'espère que la mairie détaillera le budget de ces deux opérations... pour une utilité... nulle !

photo CDG

Partager cet article
Repost0
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 06:25

J'ai la chance d'habiter près du tram, à 100 mètres de la station Coligny. Je voyage donc quotidiennement en tramway, ce qui permet de traverser la ville "le nez en l'air". Depuis un moment, je voulais vous faire partager quelques vues, prises entre deux stations. Elles sont désormais dans un album (colonne de gauche du blog). En voici la première série : entre les stations Coligny et Antigna...

Nous démarrons à la station Coligny, situé dans l'îlot de la Râpe, aujourd'hui appelé "Zac Coligny". J'ai déjà beaucoup parlé de ce nouveau quartier où les logements déjà livrés coutent entre 2400 et 3000 euros le m2. Une façon de "faire de la ville" que je n'aime pas vraiment...
Il est prévu que cette place "Coligny" soit arborée, d'après le panneau de pub municipal. Je me demande bien où les arbres vont être plantés... Dans les 4 bacs ? Arborée, ils ont dit !
C'est dans cette baraque de chantier que les SDF et les réfugiés viennent chercher leur courrier, et seulement deux demies journées par semaine ! On se souvient avec quelle ardeur la droite orléanaise a attaqué l'ASTI, qui s'occupait auparavant de la domiciliation, au prétexte qu'elle ne faisait pas correctement son travail...
   Les maisons situées rue de la gare n'ont pas d'intérêt architectural. Il y en a juste une qui se différencie en arborant le blason de Jeanne d'Arc, réalisé en briques de Sologne !
   Ceux qui pensent que les banderolles qui s'opposent ne sont pas les bienvenues à Orléans se trompent sans doute : celle-ci, vestige d'un combat d'arrière-garde de la droite orléanaise, est en place depuis 6 ans !
  Chacun blogue comme il peut. Cet habitant de la rue de la gare affiche sur sa fenêtre ses prises de position, ses coups de gueule et ses coups de coeur. En ce moment, à la une de "la fenêtre qui blogue", l'invitation au vide-grenier du quartier et un soutien à Ingrid Bettancourt.
   Le plan vigipirate a bon dos ! Le souterrain qui relie le bas de la rue de la gare à l'avenue de Munster, et qui était très utilisé par les lycéens du quartier, est fermé pour cause de terrorisme... Faire peur, c'est toujours le meilleur moyen de tenir la population !
 

 Nous arrivons à la station Antigna, une des rares qui ait conservé les sérigraphies qui décorent les vitres. Je me demande bien pourquoi, dans les autres stations, lorsqu'une vitre est cassée, la sérigraphie n'est-elle pas réimprimée...

Ici, le portrait d'Antigna, peintre orléanais du 19ème siècle

 

 et là, un hommage aux vinaigriers orléanais.

Station Antigna, toute le monde descend !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photos CDG

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 05:59

J'avoue ! Je suis parfois trop mauvaise langue... Il m'arrive de dire que la ville ou l'AgglO font plus de communication qu'elles n'agissent, et bien là, chapeau-bas : ce qui va arriver aux cyclistes est clairement affiché !

Rien à voir avec le pont George V, où la ville a prévu de faire circuler les vélos, le dimanche uniquement, ou alors à condition que les voitures roulent sur la voie du tram.

Rien à voir non plus avec la rue de la Bretonnerie, où les vélos peuvent circuler, mais sous les camions uniquement.

Depuis une semaine, le boulevard  Alexandre Martin s'est refait une beauté, au sol : on a transformé les voies de droite en voies réservées pour les bus et les cyclistes. Pas besoin d'infrastructures pour protéger les cyclistes : hop ! un coup de peinture et on révolutionne la circulation des vélos !

Et au moins, on affiche clairement l'objectif ! Ainsi, dès le début du boulevard, devant l'ancien cinéma, on voit ce cycliste sans tête, et dont la roue a été coupée en deux ! Par un bus ? Par une voiture ? ça n'est pas indiqué, mais vue la photo prise au même moment à l'angle avec la place Halmagrand, on voit que cette voie réservée aux bus et aux cyclistes... ne connait ni bus ni vélo, mais des autos, des autos...

Et comme les équipes de Serge Grouard et Charles-Eric Lemaignen ne sont jamais en manque d'imagination, ils ont inventé ce nouveau panneau : est-ce un panneau indicatif (il devrait être alors carré sur fond bleu), est-ce un panneau d'obligation (rond et fond bleu), nul ne le sait ! Allez, pendant les vacances scolaires, révision générale pour le conseil municipal !

photos CDG

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2006 3 13 /12 /décembre /2006 15:16

Le 2 novembre dernier, concernant la fraude dans les transports, je demandais à Florent Montillot de bien vouloir répondre à la question "Quel est le nombre de fraudeurs ? Comment le calcule-t-on ? Fait-on des sondages ?" Je m'étonnais, en effet du taux de fraude annoncé par l'élu : 9% maintenant, contre 20% en 2001, alors que les chiffres en ma possession donnait un taux de 2,10% soit 4 à 10 fois moins !

L'adjoint au maire d'Orléans a eu l'amabilité de me répondre par courriel. Voici "in extenso" le contenu de sa réponse : 


 

Réponse à Monsieur Christophe Desportes-Guilloux à sa question « Fraude dans les transports : quels sont les vrais chiffres ? » 

 

Suite à l’inauguration des locaux de la police intercommunale des transports au 5 rue des Sansonnières, Monsieur Desportes-Guilloux, Orléanais d’adoption et militant socialiste s’inquiète de savoir comment se calcule le nombre de fraudeurs dans les transports en commun. 

 

Aussi, ai-je le plaisir de lui adresser ci-dessous la méthodologie : 

 

1 – le calcul de la fraude est fait sur un échantillon représentatif de 4000 enquêtes au minimum (5000 en 2005) 

 

2 – la répartition de l’échantillon entre les lignes bus est proportionnel à leur poids avec un minimum de 30 mesures par ligne 

 

3 – le taux est calculé du lundi au vendredi  

 

4 – l’enquête annuelle est toujours effectuée au cours de la même période (fin novembre / début décembre) 

 

Sont considérées comme situations irrégulières : 

 

-         le refus de montrer son titre de transport

-         l’abonnement en cours de validité mais non validé 

Sont considérées comme fraudes : 

      -         l’oubli de validation en correspondance
      -         l’absence du titre de transport 

Les résultats ainsi obtenus sont à considérer avec un écart type de 1,5 points (risque d’erreur).  

Cette méthode permet de mesurer un taux de fraude/irrégularité qui est supérieur au poids de la verbalisation qui ne concerne que la fraude caractérisée (aucun titre de transport). 

 

A titre commercial, aucune verbalisation n’est effectuée le jour de renouvellement de la carte d’un usager, dès lors qu’il effectue son renouvellement immédiatement après le contrôle. Aucune verbalisation n’est suivie d’effet à l’encontre des enfants ayant oublié leur carte, contrairement à une campagne médiatique savamment orchestrée en septembre 2006. 

 

Ainsi notre « blogueur » pourra constater que lorsque je communique les chiffres de 9% de fraude très nettement en baisse par rapport à 2001 où il s’élevait à plus de 20% (selon la même méthodologie), la fraude réellement verbalisée pour absence de titre de transport est inférieure (2 à 3%). Les lecteurs pourront ainsi constater que contrairement à ce qu’affirme régulièrement les responsables du Parti Socialisme, à chaque fois que je communique des statistiques de délinquance ou de fraude en baisse, je n’ai pas tendance à sous évaluer ces chiffres, bien au contraire !!!

Florent Montillot 


Première information importante: la fraude est estimée ! Il ne s'agit donc pas des résultats de la fraude réellement constatée, mais bien d'un sondage ! La question posée par www.monorleans.com a donc tout son intérêt.

Voyons maintenant, dans le détail, comment ce sondage est réalisé :

- Il est réalisé sur un échantillon de 4000 à 5000 enquêtes (il faut comprendre 4000 à 5000 personnes). C'est à dire que l'échantillon que l'on dit "représentatif" représente moins de 0,3% des personnes transportées.
- Sur certaines lignes de bus, il n'est fait de sondage que sur 30 personnes !
- On ne mesure pas la fraude durant le week-end !
- On ne mesure pas la fraude toute l'année mais sur une très courte période !

Comment, avec une telle méthode, obtenir des chiffres fiables, reflétant réellement la fraude dans les transports ?

La seule certitude que l'on a, c'est que la méthode est la même depuis que Florent Montillot est aux commandes... encore heureux !

Voyons aussi les commentaires de l'adjoint à la sécurité :

"Cette méthode permet de mesurer un taux de fraude/irrégularité qui est supérieur au poids de la verbalisation qui ne concerne que la fraude caractérisée (aucun titre de transport)".

Cette phrase laisse penser que ne sont verbalisées que les personnes qui n'ont aucun titre de transport, c'est à dire que les personnes qui refusent de montrer leur titre, dont l'abonnement n'a pas été validé, ou qui n'ont pas validé leur titre en correspondance ne sont pas verbalisées.

C'est FAUX !

En octobre 2005, sur 1549 contraventions, 975 l'ont été pour "fraude manifeste" et 549 pour "Infractions tarifaires". 25 ont même été dressées pour "Non respect du règlement"

En juillet 2006, sur 1241 contraventions, 884 l'ont été pour "fraude manifeste", 344 "pour "infractions tarifaires" et 13 pour non respect du règlement.

Quant aux "indulgences", aucune n'a été octroyée en octobre 2005, et 20 en juillet 2006.

L'argumentaire "gentillet" de Florent Montillot ne tient donc pas la route, et ne permet que de conclure que le sondage annuel ne correspond en rien à la réalité de la fraude ! Et que l'adjoint ne peut donc en tirer aucune conclusion !

La réalité est que la courbe du nombre de procès verbaux dressés dans les transports en commun à Orléans est la suivante :

 

 En effet, le nombre de PV est passé de 5229 en 2001 à 17542 en 2006.

Comment l'adjoint à la sécurité explique-t-il que malgré le triplement du nombre des PV, il puisse annoncer que la fraude a été divisée par 2 ?

- Explique-t-il cela par la hausse du nombre de voyageurs sur le réseau ? Mais dans quelle mesure ?
- Explique-t-il cela par une meilleure efficacité des controles ? Par quels moyens ?
- Explique-t-il cela par l'action de la police municipale intercommunale des transports ?

Encore des questions pour lesquelles, www.monorleans.com attend des réponses car pour le moment, la seule certitude que l'on a est celle-ci : les chiffres annoncés comme étant ceux de la fraude ne sont pas ceux de la fraude !

Quant à la dernière phrase :
 "à chaque fois que je communique des statistiques de délinquance ou de fraude en baisse, je n'ai pas tendance à sous évaluer ces, bien au contraire !!!"
je laisse chacun la savourer !

Florent Montillot n'a pas tendance à sous évaluer, bien au contraire... tout un programme !

photo CDG

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2006 7 10 /12 /décembre /2006 08:27

La Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports (FNAUT) attribue chaque année des prix aux responsables politiques. Des Tickets Verts pour les élus qui ont eu une action en faveur des transports en commun, et des Tickets Rouges pour ceux qui les ont fait... reculer !

Un "Ticket Rouge" a été attribué à Charles-Eric Lemaignen, président UMP de l'AgglO d'Orléans. Nous citons "in extenso" la mention qui justifie le prix :

"Charles-Eric Lemaignen, président UMP de la communauté d’agglomération d’Orléans, pour sa gestion désastreuse du dossier de la deuxième ligne de tramway de l’agglomération qui débouche sur le choix d’un tracé aberrant et des prévisions de trafic ne justifiant pas le recours à la technique du tramway alors que le potentiel de trafic est comparable à celui de la première ligne."

Et n'allez pas croire, contrairement à ce que dit l'intéressé, que cette association est politisée : elle attribue des Tickets verts à des élus UDF, UMP, et PS et des Tickets rouges sont attribués à des élus... des mêmes partis !

Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Outils externes

 

Référencé par Blogtrafic

 

Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet weblogUpdates.ping www.monorleans.com http://www.monorleans.com/

 

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs