Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'auteur

 

Christophe Desportes-Guilloux (CDG)

43 ans
Orléanais d'adoption et militant socialiste

M'écrire

Il y a    personne(s) sur monorleans.com

Recherche

Mes videos

Archives

Orléansphère

6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 07:02

La ville d'Orléans et l'AgglO continuent à nous faire croire qu'ils font quelque chose pour faciliter la circulation des cyclistes.

Après la rue de la Bretonnerie, où la piste cyclable passe sous les voitures, après le pont George V, où les vélos circulent librement, mais seulement le dimanche après-midi, il est urgent de protéger les cyclistes ! Peut-être s'est-on, enfin, aperçu que leur vie était en danger.

Du coup un drôle de panneau a fait son apparition sur un lampadaire du pont George V qui ordonne aux véhicules de respecter une distance, réglementaire, d'un mètre en doublant les vélos.

Vous êtes déjà passé sur le pont George V, vous ? Vous pensez vraiment qu'une voiture peut laisser un mètre à sa droite entre elle et un vélo ? Oui ! à condition de rouler sur la voie du tramway !

Et nous retrouvons le problème, maintes fois signalé, de la coexistence impossible entre tramway, voitures, vélos, et piétons sur le pont George V...

Mais les élections approchent, et on ne peut qu'espérer que la municipalité grouardienne se convertisse enfin à l'idée de faire une passerelle pour les piétons et les vélos ! Comme cela avait été prévu... lors de la réalisation du tramway !

photo CDG

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2006 3 22 /11 /novembre /2006 19:15

Ce cher Fansolo nous apprend que le fabricant orléanais de billards Chevillotte s'est amusé à illustrer des boules avec les visages des candidats potentiels à l'élection présidentielle.

Est-ce cette information qui a poussé la ville a installé un jeu de quilles géant dans les vieilles rues du centre ville ?

C'est en tout cas une jolie démonstration de l'inconséquence des décisions municipales à laquelle s'est livré Daniel Richard, sur le site d'Orléans Avec Vous : celui-ci dénonçait il y a quelques temps l'installation de plots en plastique aux coins de certaines vieilles rues dans l'est pavé d'Orléans. Ces plots étaient en principe censés empêcher des véhicules de stationner à l'angle de ces rues, pour éviter que ces petits carrefours ne soient bloqués. L'intention était sans doute bonne, mais à dépenser des sommes abracadabrantesques pour le fleurissement, il ne reste plus grand chose pour la sécurité... d'où la nécessité de recourir à ce modeste dispositif.

Mais ces plots en plastique ne durent pas : les voitures peuvent désormais tourner sans souci, en se moquant des quilles municipales : il aura fallu moins de 3 heures pour qu'une des quilles soit abattue, moins de 24h pour le strike !

 

Au dernières nouvelles, les quilles tombées ont été relevées : un nouvel emploi aurait-il été créé à la mairie ?

photo : Daniel Richard

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2006 4 02 /11 /novembre /2006 07:04

Dès le mois de septembre, www.monorleans.com annonçait l'installation de la police municipale intercommunale des transports au 5 rue des Sansonnières. Ces locaux viennent d'être inaugurés par le Préfet du Loiret, le Président de l'AgglO, et l'ex-futur candidat aux législatives.

Je profite donc de cette inauguration en grande pompe pour étudier la réalité des chiffres annoncés régulièrement sur la fraude dans les transports. Un article de la Tribune d'Orléans du 26 octobre nous annonce que "pour la première fois la fraude est passée sous la barre des 10%". L'information est reprise et confirmée par La République du Centre qui cite Florent Montillot : "En 2002, le taux de fraude était de 20%. Il était de 14% en 2003, de 10% en 2004, et de 9% en 2005". Le chiffre de 2002 n'est pas si différent de celui annoncé le 20 septembre 2002 par la République du Centre qui titrait : "Tram : un quart de fraudeur". Même si, on le verra, la méthode de la Rep est discutable.

www.monorleans.com s'est procuré les statistiques mensuelles de la Setao pour le mois de juillet 2006; il en ressort qu'au mois de juillet 1 373 694 voyages ont été effectués sur le réseau, dont un peu plus de la moitié sur le tramway.

Les 26 controleurs affectés au réseau ont controlé 59 162 clients et dressé 1 241 procès verbaux.

Il y a donc eu 2,10 % de clients verbalisés parmi ceux qui ont été controlés.  Mais alors, d'où vient ce chiffre de 9% annoncé par l'élu ? Comment détermine-t-on que 9% des voyageurs sont en fraude, si on n'en verbalise que 2,10% ? Je sais que mon chiffre de 2,10% concerne juillet 2006 et que le chiffre de 9% annoncé par l'élu est pour 2005... mais cela ne doit pas changer grand chose...

On sait que La République du Centre, en 2002, pour son "enquête" avait installé des journalistes dans les rames de tramway et que ceux-ci avaient compté le nombre de personnes qui ne validaient pas leur ticket... méthode archaïque, qui ne donne pas de bons résultats (certaines personnes qui ont payé leur ticket mensuel ne le valident pas à chaque montée, elles ne respectent certes pas le règlement, mais on ne peut pas considérer qu'elles fraudent !) mais au moins, la Rep annonçait la méthode, et chacun pouvait se faire une opinion.

Elu responsable, Florent Montillot ne peut pas lancer des pourcentages, sans les expliquer !

Je pose donc la question qui me semble légitime : Quel est le nombre de fraudeurs ? Comment le calcule-t-on ? Fait-on des sondages ?

La parole est à Florent Montillot, qui trouvera sans doute le temps de me répondre, puisqu'il n'a pas de campagne législative à mener.

photo CDG

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2006 7 15 /10 /octobre /2006 07:21

Le côté du Centre commercial Place d'Arc situé sur la rue Albert 1er possède, au raz du batiment, des places réservées aux livraisons. Mais le problème du stationnement étant récurrent, ces places sont souvent occupées par des voitures particulières. Résultat : les camions de livraisons s'installent en double file, voir en triple file, comme on le voit sur la photo. Il ne reste donc plus aucune file de circulation, hormis celle réservée aux bus !

Ces problèmes de circulation seront aggravés lorsque les voitures accéderont au parking situés sous la gare, par l'unique rue St Yves, et donc par la rue Albert 1er et la rue Emile Zola !

En espérant que nos édiles y auront réfléchi d'ici là... En tout cas, rien sur ce sujet sur le site de l'AgglO. Pire, le site de la ville annonce que l'accès au parking public se fera par l'avenue de Paris, ce qui est une erreur grossière : on construit actuellement, avec difficultés, l'accès par la rue St Yves. On prévoit seulement "ultérieurement" la construction d'un bâtiment avenue de Paris, avec un parking qui communiquera avec celui de la gare, mais pour cela il faudra déplacer les rails situés les plus à l'ouest, en les mettant à l'est. Et tout cela se fera bien longtemps après la mise en service de la gare et de son parking...

photo CDG

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2006 4 12 /10 /octobre /2006 08:09

Au moins, à Orléans, on sait mettre les petits plats dans les grands ! Samedi dernier, le maire d'Orléans et le président de l'AgglO invitaient les riverains à faire le bilan de l'installation du Quai L du centre-bus : ce quai, construit il y a un an environ, se situe sur la partie nord du Boulevard Alexandre Martin. La conception de ce quai est en effet une première à Orléans, puisqu'il est situé au milieu de la chaussée.

Le bilan devait être très positif, puisqu'après la visite du quai, les élus sont allés prendre l'apéro avec les riverains dans une pizzéria toute proche.

Si l'anniversaire d'un quai de bus est l'occasion d'offrir l'apéro aux riverains, imaginez les journées de banquet pour toute la population pour l'inauguration du tram est-ouest ! Et n'allez surtout pas imaginer que l'approche des élections y soit pour quoique ce soit !

P.S : Quand le maire prend l'apéro (avec nos sous), il vaut mieux ne pas le déranger : Un groupe de militants socialistes qui avait réservé une table dans cette pizzeria depuis une semaine a dû insister pour pouvoir déjeuner. Initiative du resto pour éviter une bataille de pizzas ? Initiative de la mairie pour éviter de croiser des opposants ? MonOrléans ne sait pas, mais les militants socialistes ont pu déjeuner en paix, à l'étage, et se sont vus offrir le café par l'établissement !

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2006 7 24 /09 /septembre /2006 07:50

MonOrléans.com est en mesure de vous révéler une partie de la vérité sur l'histoire cahoteuse, aux mille rebondissements, qui nous vaut, après 5 ans, d'apprendre qu'enfin, Orléans aura un tramway sur la ligne est-ouest. La décision définitive, comme celles prises pour le "gros bus qui pue" et pour le trolley-bus guidé et dont nous avons déjà parlé ici, est tombée ce vendredi 15 septembre sur les coups de 19h : nous allons avoir un tramway ! C'est la solution ! Tout le monde est d'accord ! On applaudit bien fort !

Et lorsqu'on voit l'image diffusée lors du Conseil d'Agglo, on est un peu surpris...

MonOrléans.com peut donc vous affirmer que le problème important qui bloquait  cette décision essentielle est qu'un des élus de notre agglomération bloquait la photocopieuse du bureau de Charles-Eric Lemaignen. Comment imaginer en effet que le nouveau tramway soit la photocopie du précédent et qu'on ait mis tant de temps pour appuyer sur le bouton ? MonOrléans.com a mené l'enquête, et vous présente ici les déclarations des grands acteurs de ce grand projet :

Serge Grouard, maire d'Orléans, lors du Conseil d'Agglo du 3 octobre 2002 : « Quand j’entends dire "faisons un tram court", je dis que, pour le coup, c’est un tramway au rabais. Dans les documents que j’avais préparé, car ce débat est fondamental, j’avais écrit : "Je pense qu’il ne viendra à l’idée de personne de proposer une telle solution", c’est à dire un tramway court que j’appelle un tramway au rabais. Si nous faisions ce choix, ce serait mettre à bas cette logique fondamentale de solidarité intercommunale ».

Jacques Chevallier, le fameux maire de St Jean de Braye, lors du Conseil d'Agglo du 23 octobre 2002 : « Le tram-fer n’est pas adapté et offre une capacité supérieure à ce qui nous est nécessaire. Le mode tram-pneu est largement suffisant. S’agissant des contraintes d’insertion, le tram-fer n’est pas le mieux adapté et loin de là, pour ce genre de situation et la solution tram sur pneu l’est beaucoup plus. De plus, on en peut pas dire que le tram-fer soit un produit innovant. Pourquoi se priver d’une solution qui évite ce problème de bruits de vibrations, telle que le véhicule sur pneu ? »

Charles-Eric Lemaignen, président de l'agglo, lors du Conseil d'Agglo du 5 octobre 2003 : « Je crois profondément qu’il nous faut pour notre agglo un tram bus sur le tracé long, en passant par les mails. J’y crois non pas pour un choix au rabais, j’exprime un choix de conviction. Le tram-bus est un merveilleux engin qui fera encore des progrès, qui est sans doute l’engin de l’avenir. Toutes les autorités organisatrices et tous les exploitants avec qui j’en parle aujourd’hui regardent avec un intérêt évident tous les modes intermédiaires car ils ont l’avantage de combiner à la fois la modernité, la souplesse d’exploitation et un coût bien moindre. C’est pourquoi je vous proposerai, avec conviction et enthousiasme, de choisir un tram-bus, sans s’engager vis à vis du constructeur, qu’il soit Civis ou Philéas, on fera un appel d’offre sur un site long en passant par les mails. »

Je comprends qu'aucun de ceux-ci ne voudra dénoncer celui de ses petits camarades qui bloquait le projet... laissons les donc continuer à jouer... et nous aurons, un jour, peut-être, un tramway est-ouest !

Illustration : Agglo Orléans-Val de Loire

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2006 6 16 /09 /septembre /2006 06:11

C'est le courrier des lecteurs de Libé qui a publié le premier le courrier du beau-père d'Arthur, 9 ans, qui détient le triste record d'être le plus jeune verbalisé du tramway orléanais. MonOrléans, publie ici le texte complet rédigé par cet orléanais qui enrage que cet enfant ait été traité avec autant de mépris et d'intolérance, sous des prétextes, répétés quotidiennement, de lutte contre la délinquance:

Note importante : suite à la remarque faite par une lectrice, la présentation du texte est modifiée en ce que les présentations du CLSPD et du Service Prévention Médiation sont bien séparées.

A Orléans, sous le règne de Serge Grouard 1er et de son suzerain Florent Montillot, les armoiries de la ville ont pris des couleurs particulières. Le rouge pour la sécurité qui est le maître mot de la cité, et le jaune de la tolérance 0 qui en est le concept prioritaire. 

Les divers outils mis en œuvre pour en arriver à un état ultra-sécuritaire sont contestables :  Il y a les caméras de contrôle sur la voie publique. 

Il y a les fameux arrêtés Grouard, souvent les premiers dégainés au niveau national : 

- Un arrêté « anti-rodéo » qui interdit la circulation de véhicules à moteur non homologués de type « pocket bike » ou « pocket quad ». 

- Un arrêté instaurant un couvre-feu pour les mineurs non accompagnés de moins de 13 ans, entre 23h00 et 6h00 du matin, dans tous les « secteurs sensibles » de la ville. 

- Un arrêté « anti-bivouac » interdisant « toutes occupations abusives et prolongées des rues et autres dépendances domaniales »  

- Un arrêté « anti-pétards » (sauf le 14 juillet).  

Il y a une police de stationnement omnipotente qui ne laisse rien au hasard.   

Il y a des déclarations écrites qui font peur : Sur son site internet, et dans sa rubrique « qualité de vie », sous rubrique « sécurité » (ça ne s’invente pas…) la mairie d’Orléans annonce la couleur… rouge, à l’image des blousons dont sont équipés les « agents-relais »  de prévention : « La prévention a été renforcée avec la création d'un service de prévention – médiation ».  

 

Le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la délinquance (titre ajouté par CDG)

« Pierre angulaire du dispositif de sécurité au plan local, le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) est un lieu d'échanges d'informations et de concertation entre tous les acteurs : l'Etat, les collectivités territoriales, le secteur économique (bailleurs, exploitants de transports, commerçants.) et le secteur social (associations). L'objectif étant de développer les actions de prévention parallèlement à la lutte contre l'insécurité.
Le CLSPD est présidé par le maire d'Orléans. Le préfet et le procureur de la République en sont membres de droit. Il est constitué de trois collèges: un collège d'élus désignés par le maire; un collège de représentants de l'Etat (Police et Gendarmerie, Education nationale, Jeunesse, Sports) ; un collège de représentants de la société civile désignés par le maire.

Le Service prévention-médiation (titre ajouté par CDG)
Créé en 2001, le service est composé « d'adultes relais » qui habitent généralement le quartier et que les habitants connaissent bien. Rattaché à la direction de la Vie des quartiers, l'équipe travaille en lien avec l'adjoint à la Sécurité. 
Les agents, qui sont constamment sur le terrain, aident à désamorcer les conflits, soutiennent les familles dans leur rôle de parents et assurent une présence rassurante. Autre mission essentielle, un travail en partenariat avec tous les autres acteurs de terrain ; services sociaux et de santé, bailleurs, éducateurs de rue, équipes enseignantes, police nationale et municipale, mairie de proximité, associations de quartier » (source : site internet de la ville).   

De quelle prévention s’agit-il ? Certainement pas de prévention spécialisée, outil remarquable quand il est doté de vrais moyens, mais outil actuellement aux antipodes des idées sécuritaires prônées par Monsieur Montillot. Là, dans le dispositif municipal, l’agent, le terme en lui-même est significatif, l’agent de terrain est en lien avec l’adjoint au maire chargé de la sécurité ! Pourquoi ?   

Il est en lien avec d’autres éducateurs de rue, mais lesquels ? Les services de préventions spécialisés ont été démantelés.  

Et que fait l’adjoint au maire, avec les informations certainement nominatives délivrées par les équipes d’adultes relais ?  

Et il y a la police des transports. Il y a les policiers en tenue, toujours à l’air aimable et courtois. C’est Rambo. Et il y a les contrôleurs, en brigades de cinq, six personnes, qui maraudent le long des lignes de transports. Là, c’est aussi sécurité et tolérance 0 à gogo. Et si ça continue d’ailleurs, j’ai bien peur que le système n’explose tellement tout cela me semble insensé.   

Dernièrement, un incident est venu illustrer de manière écœurante mes propos :  

J'ai oublié de faire la carte scolaire (gratuite) d’Arthur, le fils de ma femme. Arthur ne prend jamais le tram seul. Jeudi soir, il a pris le tram avec sa mère, chacun a validé son ticket. Arthur qui avait un ticket scolaire mais sans sa carte, a été verbalisé de 30 € pour défaut de carte scolaire. Le procès-verbal a été dressé à son nom (il a 9 ans!), sous le regard halluciné de sa mère. Et c’est Arthur, 9 ans, mort de trouille, qui a signé son P.V !!! Certes Arthur était en fraude... mais il avait (avec sa mère) oblitéré son ticket que nous avions acheté (3X10 voyages).  

De telles pratiques sont totalement inhumaines, car il n'est plus possible de se tromper, d’oublier en toute bonne foi. L'erreur n'est plus humaine et se paie cash. Tous les moyens sont bons pour remplir les caisses des seigneurs de guerre.  

Il n'y a plus la moindre démarche éducative ou préventive dans les consignes politiques des décideurs municipaux (et extra-municipaux puisque le tram, c’est la communauté de commune ; mais ne soyons pas dupe…). Monsieur Montillot qui est un expert en sécurité, et qui se targue de résultats en baisse de la délinquance discutables, a bien formaté tout son monde. C'est sécurité et sanction pour tous. C’est bel et bien tolérance 0 pour tous. C’est l’intolérance totale.  

L’intolérance, c’est la tendance à ne pas supporter, à condamner ce qui déplaît dans les opinions ou la conduite d'autrui.  

Au lieu d'ouvrir la porte à la citoyenneté en privilégiant quand il est nécessaire le dialogue, l’état municipal préfère la sanction immédiate et sans aucune mesure. Je suis outré par de telles pratiques et par cette politique si peu tolérantes.  Je ne digèrerai jamais qu’Arthur, 9 ans, ait signé un procès-verbal pour une faute qu’il n’a pas commis, devant sa mère. Mais je n’ai toujours pas digéré non plus le doigt d’horreur de Serge Grouard à notre encontre, le mardi 27 Mai 2003. Ca commence à faire un peu beaucoup !!!

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2006 1 11 /09 /septembre /2006 08:38

Un Conseil de Communauté exceptionnel aura lieu ce vendredi 15 septembre à 17h dans la salle du Conseil municipal d'Orléans.

Il sera entièrement consacré à CLEO "Concevoir la Ligne Est-Ouest" de tramway.

C'est ouvert au public, alors soyons nombreux !

Pour préparer cela, vous pouvez regarder le dossier mis en ligne sur le site de l'agglo.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2006 7 03 /09 /septembre /2006 08:54

L'excellent Fansolo montre, dans son dernier billet, que le projet CLEO (comprenez "Concevoir la Liaison Est-Ouest") tourne en rond...

J'ai rappelé, il y a quelques temps, à quel point le projet, depuis sa reprise par la majorité actuelle, ressemblait à un tramway nommé délire, on sait maintenant qu'il est en fait un jouet dans les mains de gamins... et ce sont les orléanais qui vont finir par tourner en bourrique ! L'important étant qu'ils ne s'aperçoivent de rien avant les municipales de 2008... et le combat fratricide entre Grouard et Le Maignen... et sans doute aussi Montillot, Martin...

On prend les paris pour la date de l'inauguration de la ligne est-ouest ? 2011 ? 2012 ? Jamais ? La jouissance est à son comble à l'hôtel Groslot !

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2006 6 02 /09 /septembre /2006 15:59

L'an dernier MonOrléans n'existait pas encore, mais la SETAO (la société privatisée par la municipalité actuelle pour gérer la SEMTAO) faisait déjà la faute. Malgré le petit courrier gentil qui la leur signalait, cette année, ils recommencent...

Alors mesdames et messieurs les communicants de la SETAO, notez la leçon qu'on apprend à l'école primaire : le pluriel commence à 2 ! J'espère que l'an prochain, le ticket Parking+Tram sera donc bien à 1,50 euro sans S !

photo CDG

Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Outils externes

 

Référencé par Blogtrafic

 

Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet weblogUpdates.ping www.monorleans.com http://www.monorleans.com/

 

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs